Le coq et la poule

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

A première vue, tout le monde connaît l’histoire de l’œuf et de la poule, mais grâce au rugby, à la Coupe du monde qui vient de commencer, on va apprendre une autre histoire. Celle du coq et de la poule.

Car le coq français se retrouve dans une drôle de poule. Poule, c’est comme ca qu’on appelle les groupes de cinq équipes qui s’affrontent au premier tour de la compétition. Et pour les bleus, il y a du lourd, du bizarre, du robuste et du brutal, comme diraient les "Tontons Flingueurs".

Demain à huit heures du mat heure française, on commence par le bizarre, le Japon. Il y a peut être du sushi à se faire car tous les japonais ne sont pas petits et souriants. C’est aussi le pays des sumos, du judo et du bushido. Et surtout, les rugbymen japonais viennent de battre tour à tour les Fidji et le Tonga, ce qui n’est pas rien.

Le 18 septembre, peut être l’adversaire le plus facile quoique robuste. Le Canada, 14ème du classement mondial. Le Canada où on n’est pas loin de considérer le rugby comme une sport de fillettes comparé au sacro saint hockey sur glace.

Le 24 septembre, du lourd et même du colossal. Les All Blacks. Chez eux. Mais paradoxalement, les bleus sont la bête noire des blacks. Et même la seule équipe européenne qui les bat régulièrement. Comme si le David français avait besoin du Goliath néo-zélandais pour retrouver son french flair perdu. Réponse le samedi 24 septembre à 10h30 du matin.

Enfin, dernier match de poule, le 1er octobre. Les Tonga. Là, faut reconnaître, c’est du brutal ! 100 000 habitants seulement dans les iles Tonga, mais ceux qui pratiquent le rugby ne font pas dans la dentelle. Leurs placages notamment sont effrayants. Bref ce sont peut être les Tongiens, baptisés les "Aigles des mers" qui donneront le fin mot de "l’histoire du coq et de la poule". Allez les petits.

Vous êtes à nouveau en ligne