Exercice réussi

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

A première vue, les hommes politiques de haut niveau sont comme les sportifs du même nom : ils ont besoin d'adrénaline, il leur faut être confronté à des missions jugées impossible et devant un public sceptique pour réaliser leurs plus belles performances.

Prenons François Hollande. Il a sans doute raté son pari
d'inversion de la courbe du chômage, il semble soumis à une équipe de
communicants plus proches des vendeurs de savonnettes que des agences de
marketing, il est confronté aux sondages de popularité les plus bas de la Ve
République et pour couronner le tout il est la vedette non américaine d'un
vaudeville nocturne peuplés de scooters, de croissants chauds et de fantasmes
romantico-sexuels.

Bref, pour sa grande conférence de rentrée, hier, on l'attendait
un peu comme un chrétien jeté dans la fosse aux lions. Et bien, tant pis pour
ceux qui ne l'aiment pas, lui ou sa politique, M Hollande a réussi sa meilleure
prestation depuis son élection au point qu'on se serait cru il y a 20 mois
quand il n'était que candidat et brillait dans ses discours.

Slalomant avec vélocité entre les questions portant sur ses
escapades galantes, la lutte contre le chômage, l'intervention militaire en
République Centrafricaine, les impôts et surtout le pacte de stabilité proposer
aux entreprises, il a montré pour une fois qu'il n'était ni flou ni mou. Et à
la question posée par notre grand ancien, Ivan Levai, il a répondu "oui,
je suis social démocrate".

On verra plus tard si les paroles accouchent de faits, si le
chef de l'état reprend du poil de la bête et comment l'aile gauche de sa
majorité avale la couleuvre sociale démocrate. Enfin, c'est promis, on saura
dans les quinze jours s'il y a encore une Première dame de France, s'il y en a
deux ou plus du tout.

Il reste un mensonge évident. Quand le Président dit que sa
protection est assurée même dans ses virées en scooter, ce n'est pas vrai sauf
à penser qu'il y a ces soirs là des snipers du GIGN munis de fusils à lunettes
infrarouge sur tous les toits entre l'Elysée et la garçonnière. Pieux mensonge,
en vérité. Un politique qui ne ment pas un minimum ne peut pas être pris au
sérieux.

Vous êtes à nouveau en ligne