Des progrès à faire

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

A première vue, comme le chantait, pas si bien d'ailleurs, Guy Béart "Celui qui dit la vérité, il doit être exécuté". Jean-François Copé, en a fait la cuisante expérience dimanche sur Canal +. Les risques du direct ou bien un subit accès de candeur de la part d'un ténor politique qui n'est pourtant pas un perdreau de l'année.

Interrogé sur
l'accouchement difficile des primaires à droite pour la Mairie de Paris, primaires
qui ont finalement désigné Nathalie Kosciusko Morizet, Copé a répondu en
souriant : "A l'UMP nous apprenons la démocratie, c'est assez
nouveau.
"

Alors, alors, cette petite phrase a tourné en boucle pendant
4 jours sur toutes les radios et les télévisions assortie de commentaires
goguenards du genre "comment peut on diriger le plus important parti de
droite et faire un aveu pareil ? C'est comme si un chauffeur d'autobus
reconnaissait qu'il n'a pas son permis de conduire...etc, etc..
"

Et il est vrai que la phrase de Copé est inattendue dans
l'univers politico médiatique ou les "éléments de langage" sont
savamment codifiés et ou on pratique toujours la langue de bois ou les
cahuzaqueries et jamais la sincérité. Et là pour une fois, on peut féliciter M
Copé d'avoir adopté un parler vrai tout à fait sensationnel. Au sens propre du
terme. On pourrait même se demander quelle tournure prendrait le débat
politique hexagonal si tous les politiques se mettaient brusquement à dire la
vérité. On peut rêver mais généralement c'est contre productif. Le grand pote
de Copé, François Fillon se souvient encore des vapeurs de vierges qu'il avait
déclenchées lorsque, Premier ministre, il avait avoué "je dirige un état
en faillite". C'était vrai à l'époque et ca l'est encore plus
aujourd'hui.

Bravo donc à M Copé, pour une fois, d'avoir reconnu que dans
son fonctionnement interne l'UMP a des progrès à faire dans la praxis
démocratique. Et comme pour lui donner raison, sitôt NKM élue avec 58% des
suffrages, deux anciens gourous de Sarkozy ont pris des positions
diamétralement opposées. Pour Brice Hortefeux "c'est une très bonne
nouvelle pour Paris". Pour Patrick Buisson, "c'est la meilleure
candidate pour perdre". Bravo à l'UMP et bien vu Copé. Même chez les
verts, le débat démocratique interne atteint rarement de tels sommets.

Vous êtes à nouveau en ligne