Meurtre d'enfant, ambition, fiançailles et Charlie Chaplin

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les coups de cœur de nos libraires Gérard Collard et Jean-Paul Collet : du meurtre d'enfant à l'ambition, en passant par une femme qui se prostitue pour payer ses dettes...

"La dernière danse de
Charlot", de Fabio Stassi, aux éditions Denoël & d'ailleurs

En cette veille de Noël, Charlie
Chaplin, quatre-vingt-deux ans, ne voit pas la mort arriver d'un bon poil. Il
vit désormais en Suisse. Il est le père d'un petit garçon de neuf ans,
Christopher. Son heure semble venue, mais lorsque la Mort se présente un soir
en personne, l'acteur lui propose un marché : s'il parvient à la faire rire, il
gagnera une année de vie supplémentaire. Commence ainsi un jeu étrange, et
c'est pendant cette attente fatale que Chaplin va rédiger une lettre à ce fils
tant aimé afin de lui raconter sa véritable histoire : de son enfance humble en
Angleterre, avec un père alcoolique et une mère instable, à ses débuts sur
scène, puis l'ère américaine, durant laquelle le jeune Chaplin est, entre
autres, imprimeur, boxeur, taxidermiste, jusqu'à connaître la gloire au cinéma
et devenir le Charlot mythique que l'on connaît : moustache, démarche oblique
et chapeau melon, grand prince et mendiant bouleversant. Faisant surgir les
larmes comme l'hilarité, La Dernière Danse de Charlot est un conte tendre et
cruel sur un monstre sacré.

"Un visage d'ange", de Lisa Ballantyne, aux éditions Belfond

Angleterre, de nos jours. Les
causes perdues, Daniel Hunter les connaît bien. Avocat de droit pénal, ce
trentenaire arpente les tribunaux de Londres pour plaider des affaires toujours
plus délicates et douloureuses. Et celle qui l'attend pourrait bien les surpasser...
Sebastian Croll, onze ans, vient d'être placé en garde à vue. Cet adolescent
des beaux quartiers londoniens est soupçonné d'avoir battu à mort son petit
camarade de huit ans, Ben Stokes. Mais l'adolescent ne cesse de clamer son
innocence. Une affaire qui résonne d'un écho tout personnel pour l'avocat. Fils
d'une toxicomane, Daniel a écumé les familles d'accueil avant d'être placé chez
Minnie. Une rencontre qui fait des étincelles. Mais qui mieux que cette femme
bourrue, pleine de sagesse, pour dompter la colère et la violence de Daniel, et
lui donner confiance en l'avenir ? Jusqu'à ce qu'un terrible mensonge
brise cette confiance à jamais... Rattrapé par ses souvenirs, emporté dans un
formidable élan de protection à l'égard de Sebastian, Daniel se laisse peu à
peu broyer par cette enquête. S'il ne veut pas sombrer, l'avocat n'a pas le
choix : l'heure est venue pour lui d'affronter les fantômes du passé...

 "L'Ambition", de
Iegor Gran, aux éditions P.O.L.

La quête de soi, un road-movie
sans road et sans movie unissant plusieurs personnages et deux époques
excessivement éloignées l'une de l'autre, ce livre est une sorte de grand écart
temporel. L'histoire contemporaine, c'est celle de José, un post-étudiant dont
la vie professionnelle repose sur le système D, ce que l'on appelle
auto-entreprenariat en jargon de notre époque, un José qui rêve de faire
fortune sur internet en vendant des fèves d'Epiphanie aux collectionneurs du
monde entier. Mais n'est pas Mark Zuckerberg qui veut. José devra se contenter
de donner des cours de maths à domicile, où il sera confronté à son
incompétence pédagogique crasse et à des élèves largement plus capables que
lui. Parallèlement, à des milliers d'années de José, quelque part au début du
Néolithique, son vigoureux ancêtre (qui partage avec son descendant de 2010 un
petit bout d'ADN à barbe blonde, joliment bouclée) découvre que sa tribu, où
sévit un matriarcat rigoureux, s'apprête à abandonner le nomadisme et la
liberté d'aller et venir au profit de l'élevage de capras, ces animaux sales
qui font leurs besoins à côté des humains, mais qui sont faciles à attraper et
bons à manger. Le tout se double d'une quête personnelle de l'écrivain, qui
pour la première fois dans un roman de légor Gran entre en scène, et qui, sur
ce plan, n'est guère plus avancé que ses personnages. Coincé dans la
procrastination qui lui fait remettre à demain les paragraphes qui auraient dû
être écrits hier, se demandant comment faire avancer son récit alors que
lui-même n'avance nulle part, ce fainéant travaille les banquettes sombres des
cafés où il attend l'inspiration, tout en se jetant avec avidité sur chaque
texto qu'on lui envoie dans l'espoir de se distraire de son enlisement.

"Fiançailles", de
Chloé Hooper, aux éditions Christian Bourgois

Venue d'Angleterre où elle a
accumulé de nombreuses dettes, Liese Campbell travaille dans une agence
immobilière à Melbourne. Afin de rembourser ses frais au plus vite, elle a pris
l'habitude de retrouver Alexander, un riche homme d'affaires, dans des
appartements en location pour s'adonner à des jeux érotiques copieusement
rémunérés. Alexander ne sait rien du double jeu de Liese qui commence quant à
elle à éprouver un certain malaise par rapport au rôle qu'elle s'est façonnée,
qui l'oblige à mystifier son passé et à redoubler de prudence. Résolue à
quitter l'Australie, elle accepte toutefois la proposition d'Alexander de
passer un weekend dans sa grande propriété au milieu du bush. Mais rien ne se
passera tel qu'elle l'avait imaginé.