Vaccination contre le Covid-19 : "On est très loin du compte", selon le maire de Saint-Etienne et vice-président des Républicains, Gaël Perdriau

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne et vice-président des Républicains, était l'invité du "8h30 franceinfo", dimanche 10 janvier 2021.

80 000 personnes ont pour l'instant été vaccinées contre le Covid-19 en France. "C'est encore largement insuffisant", affirme le maire de Saint-Etienne et vice-président des Républicains Gaël Perdriau, dimanche 10 janvier sur franceinfo. "À Saint-Etienne, ce sont 200 personnes qui ont été vaccinées, ce soir c'est 100 000 personnes que le ministre de la Santé veut voir vaccinées. On est très, très loin du compte. Je vous rappelle que l'objectif est de vacciner les deux tiers de la population si on veut que l'immunité soit atteinte", a-t-il ajouté.

L'objectif du gouvernement est de vacciner un million de personnes d'ici la fin du mois de janvier. "Si nous voulons vacciner les deux tiers de la population, il va falloir revoir absolument toute la stratégie parce que cette vaccination est efficace si une majorité de la population est vaccinée", assure l'élu Les Républicains, qui pointe un "problème de cohérence et de méthode" du gouvernement. "Si j'ai proposé au Premier ministre, dès la fin du premier confinement au mois de mai, le dépistage massif, c'est qu'il faut conjuguer ces deux campagnes en dépistant et en isolant les cas positifs. Et puis, en parallèle, vacciner un maximum de la population, celle qui est volontaire", a indiqué le maire LR.

On va, sur la question des vaccins, vers un fiasco identique à celui des masques ou à celui des tests.

Gaël Perdriau

sur franceinfo

A Saint-Etienne, une opération de dépistage massif va démarrer mercredi 13 janvier, "parce que le triptyque tester-tracer-isoler a fait ses preuves dans les villes ou dans les pays qui l'ont mis en œuvre".

Gaël Perdriau estime aussi qu'il faut notamment permettre aux soignants de moins de 50 ans de se faire vacciner rapidement. "Ce sont des publics qui sont évidemment très exposés de par leur métier. On l'a vu lors de la première vague donc, si on veut consolider ce socle de soignants dont on a besoin, il faut évidemment commencer aussi par eux", a-t-il poursuivi. "Être un responsable politique, c'est prendre des décisions", a ajouté l'élu. "Je regrette que le gouvernement passe son temps à courir après l'épidémie plutôt que d'anticiper."

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du dimanche 10 janvier 2021 :

Vous êtes à nouveau en ligne