Vaccin contre le Covid-19 autorisé au Royaume-Uni, fermeture des remontées mécaniques à Noël... Le "8h30 franceinfo" de Yazdan Yazdanpanah

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat (Paris), était l'invité du "8h30 franceinfo", mercredi 3 décembre 2020.

Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat (Paris) et membre du Conseil scientifique était l'invité du "8h30 franceinfo", mercredi 3 décembre 2020. Vaccin contre le Covid-19 autorisé au Royaume-Uni, fermeture des remontées mécaniques à Noël... Il répond aux questions de Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia.

Vaccin : "On n'est pas dans un 100 mètres"

Le Royaume-Uni a autorisé mercredi 2 décembre l'utilisation dès la semaine suivante du vaccin mis au point par Pfizer et BioNTech contre le Covid-19. "On n'est pas dans un 100 mètres, réagit Yazdan YazdanpanahCe n'est pas parce qu'ils vont commencer la semaine prochaine qu'ils vont mieux faire que les autres."

Le chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat pense "qu'il faut prendre le temps de regarder l'ensemble des données", même s'il ne dit pas "que les Britanniques ont fait ça dans la précipitation". Il assure qu'en France "il y a plein de gens qui travaillent jour et nuit actuellement" pour "préparer" la vaccination. 

Les remontées mécaniques fermées pour éviter "les mouvements de population"

Les remontées mécaniques resteront fermées dans les stations de ski pendant les vacances de Noël, et l'exécutif veut instaurer des contrôles pour dissuader les Français d'aller skier à l'étranger pendant cette période. "Si les pistes sont ouvertes et que tout est comme d'habitude, vous avez des mouvements de population importants", justifie Yazdan Yazdanpanah. "Dans la journée, les gens vont skier, mais le soir ils vont être à la maison et peut-être pas avec la même densité" ou le même nombre de personnes que d'habitude, a ajouté le médecin.

Selon lui, l'objectif des prochaines semaines est de "continuer" à faire baisser la courbe des nouvelles contaminations. "On est en train de baisser (…) Arriver bas, ça peut éviter la troisième vague", affirme-t-il. Or, "plus on a des rassemblements ou des lieux qui rouvrent vite, moins on va baisser", a expliqué le chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat .

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du mercredi 2 décembre 2020 :

Vous êtes à nouveau en ligne