Vaccin anti-Covid de Sanofi, Génération identitaire, présidentielle 2022... Le "8h30 franceinfo" de Marine Le Pen

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La présidente du Rassemblement national était l'invitée du "8h30 franceinfo", mercredi 27 janvier 2021.

Marine Le Pen, députée du Pas-de-Calais, présidente du Rassemblement national, était l'invitée du "8h30 franceinfo", mercredi 27 janvier 2021. Vaccin anti-Covid de Sanofi, Génération identitaire, présidentielle 2022... Elle répond aux questions de Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia. 

Vaccin de Sanofi : "un véritable plantage"

Le laboratoire français Sanofi a annoncé à la mi-décembre que le candidat vaccin développé en collaboration avec GSK ne serait pas disponible avant le quatrième trimestre 2021. Pour Marine Le Pen, "c'est pire qu'un retard, c'est un plantage".

Pour la présidente du Rassemblement national, c'est "la démonstration de l'effondrement de la France dans ce domaine. Nous n'avons pas de vaccin national. Nous sommes le seul pays du Conseil de sécurité à ne pas avoir notre vaccin".

"Ce qui scandalise Gérald Darmanin doit faire l'objet d'une dissolution ?"

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin envisage de dissoudre le groupuscule d'extrême droite Génération identitaire après la récente opération anti-migrants dans les Pyrénées. "Les éléments qui ont été donnés par Gérald Darmanin sont un peu légers. Il a dit qu'il était 'scandalisé'. Ce qui scandalise Gérald Darmanin doit faire l'objet d'une dissolution ? Ça ce n'est pas l'Etat de droit", réagit Marine Le Pen.

"Attention que le ministre de l'Intérieur ne torde pas le droit, les grandes libertés publiques parce qu'il n'apprécie pas tel ou tel aspect. Il y a des tas d'associations que je n'apprécie pas, dont les actions me choquent et je ne réclame pas leur dissolution", insiste la présidente du RN.

Présidentielle 2022 : "Je changerai de stratégie"

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, sera candidate à l'élection présidentielle de 2022. Après avoir échoué face à Emmanuel Macron, elle "changera de stratégie" par rapport à 2017"Je n'ai pas été assez pédagogue pour faire comprendre aux Français l'importance de ce choix", estime la députée du Pas-de-Calais.

Le choix n'est pas "tellement une question de personnes. C'est une rivalité fondamentale entre deux visions radicalement différentes", juge Marine Le Pen. Pour la présidente du Rassemblement national, les Français devront choisir entre "deux grands choix : la vision nationale que je porte et la vision mondialiste que porte Emmanuel Macron. Un choix qui n'a pas été véritablement tranché en 2017."

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du mercredi 27 janvier 2021 :

Vous êtes à nouveau en ligne