Thierry Breton, attaque à la préfecture de police, présidentielle… le "8h30 franceinfo" de Frédéric Péchenard

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Frédéric Péchenard (Les Républicains) était l'invité du "8h30 franceinfo", jeudi 24 octobre 2019. 

Frédéric Péchenard, vice-président (Les Républicains) du Conseil régional d'Île-de-France, était l'invité du "8h30 franceinfo", jeudi 24 octobre 2019. Commission européenne, attaque à la Préfecture de police de Paris, présidentielle 2022… Il répond aux questions de Lorrain Sénéchal et Renaud Dély.

Thierry Breton proposé comme commissaire européen

"C'est un très bon profil. Le portefeuille du commissaire européen français est très important, donc il fallait une personnalité marquante, qui fasse le poids", juge Frédéric Péchenard à propos de la candidature de Thierry Breton au poste de commissaire européen, proposée par la France. 

Thierry Breton a été ministre de Jacques Chirac, il est PDG d'un très grand groupe, donc oui il a la carrure pour ça et j'espère qu'il sera nommé rapidement.

Frédéric Péchenard

à franceinfo

Thierry Breton est actuellement PDG d'Atos mais a décidé de démissionner de son poste jeudi, pour ne pas se retrouver en situation de conflit d'intérêt. "C'est à lui de tracer sa frontière. Au Parlement européen, ils seront extrêmement attentifs à ce genre de chose donc je ne suis pas inquiet là-dessus", estime le vice-président Les Républicains.

Préfecture de police : Mickaël Harpon "aurait dû être dégagé"

Les dysfonctionnements à la préfecture de police de Paris, qui ont conduit à l'assassinat de quatre fonctionnaires avec une arme blanche, l'ancien directeur de la Police nationale "ne les explique pas", parce qu'ils lui paraissent "incompréhensibles". Pour lui, l'enquête parlementaire est là "pour que l'on comprenne bien ce qu'il s'est passé et pour faire en sorte que ça ne puisse pas se reproduire."

"Dès 2015, [Mickaël Harpon, l'assaillant] a des propos sur l'attentat de Charlie Hebdo qui sont inadmissibles, dès ce moment-là c'est quelqu'un qui aurait dû être dégagé immédiatement", affirme Frédéric Péchenard. 

Des moyens plutôt que des effectifs

Toujours à propos des questions de sécurité, chaque fois que vous parlez à un homme politique, il vous met en avant les effectifs en sautant sur sa chaise. Le sujet n'est pas là, le sujet est quelle mission on veut pour la police nationale. Après, en fonction des missions, quels moyens ? Il y a les effectifs, mais il y a aussi les moyens attribués", dit l'ancien patron de la Police nationale, prenant l'exemple de la police technique et scientifique, qui n'a pas augmenté en terme d'effectif selon lui mais en moyens techniques pour résoudre plus d'affaires criminelles.

"On voit bien que le débat ne peut pas être rapporté seulement à un problème d'effectif. Si on payait les heures supplémentaires [aux policiers], d'abord c'est juste, ils gagnent plus d'argent, mais au lieu de leur donner des équivalents congés à la place, ils seraient plus souvent sur le terrain", estime Frédéric Péchenard.

François Baroin, le candidat idéal pour la droite

"Incontestablement, François Baroin a toutes les qualités pour représenter la droite républicaine à une élection majeure", estime Frédéric Péchenard, à propos de la prochaine présidentielle et sur le candidat idéal chez LR pour représenter le parti. 

"Les gens qui se déclarent candidat à une élection qui ne se passe pas avant trois ans, je trouve ça un peu ridicule", dit le vice-président du Conseil régional d'Île-de-France répondant à la question de savoir si François Baroin avait envie ou pas de se lancer.

Retrouvez l'intégralité de l'émission "8h30 franceinfo" du jeudi 24 octobre 2019 :

Vous êtes à nouveau en ligne