Réforme des retraites, élections municipales... Le "8h30 franceinfo" d'Alexis Corbière

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis était l'invité du "8h30 franceinfo" samedi 8 février.

Alexis Corbière, député La France insoumise (LFI) de Seine-Saint-Denis était l'invité du "8h30 franceinfo" samedi 8 février. Le parlementaire est notamment revenu sur la réforme des retraites, avec un débat à l'Assemblée nationale tendu. Il s'est aussi exprimé sur les élections municipales à venir.

Listes communautaires aux municipales : "Je n'en connais pas"

Alexis Corbière se dit "contre le communautarisme" mais désire qu'on définisse ce qu'est une liste communautaire : "Si ça existe, je suis contre. Si l'idée, c'est que des gens se présentent en disant 'voilà mon texte de référence religieux et c'est ça que je veux appliquer à la mairie', je suis contre. Mais est-ce que ça existe ? Est-ce que ça existe une liste qui dit 'voilà, c'est la Bible, la Torah ou le Coran qui est notre programme' ? À titre personnel, je n'en connais pas", a-t-il affirmé.

Selon Alexis Corbière, le chiffon rouge du communautarisme agité par certains ne fait que stigmatiser : "Tous ces gens qui ne franchissent jamais le périphérique, qui ne foutent jamais les pieds en Seine-Saint-Denis, mais qui ont un point de vue très arrêté sur ce qui s'y passe, qui à chaque fois qu'il y a un citoyen musulman qui s'engage, vont lui chercher des poux, j'en ai ras le bol."

Réforme des retraites : "Les parlementaires sont ramenés à des serpillères"

Alexis Corbière déplore la façon dont les députés doivent débattre du projet de réforme des retraites. "On nous a donné vendredi dernier l'étude d'impact, un document qui fait 1 000 pages. Et à partir de lundi, on est censés commencer à travailler. Impossible pour un parlementaire, pour aucun des 'Playmobil LREM'. J’en ai assez de ces gens qui font semblant de maîtriser ce document, ils ne le maîtrisent pas."

"Le Conseil d’État dit que les parlementaires ne connaissent pas les variables de fixation du point, c’est-à-dire qu’on travaille à l’aveugle. On joue avec les députés pendant un mois, mais, en vérité, l’essentiel sera précisé par des ordonnances, par le gouvernement, par la suite. Il y a une conférence de financement qui va se terminer en avril, et les parlementaires vont voter en février. Tout ça est scandaleux, estime l'élu. Les parlementaires sont ramenés à des godillots, à des serpillères."

>> Revoir l'intégralité du "8h30 franceinfo" d'Alexis Corbière

Vous êtes à nouveau en ligne