Réforme des institutions, retraites, laïcité... le "8h30 franceinfo" avec François Hollande

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'ancien président de la République François Hollande était l'invité du "8h30 franceinfo", mercredi 23 octobre 2019.

François Hollande, président de la République de 2012 à 2017, était l'invité du "8h30 franceinfo", mercredi 23 octobre 2019. Des propositions pour enrayer la crise démocratique, la nouvelle réforme des retraites, la question de la laïcité qui remonte dans le débat public... Il répond aux questions de Renaud Dély et Lorrain Sénéchal.

Réformer les institutions

Dans son livre Répondre à la crise démocratique (Fayard), François Hollande plaide pour la mise en place d'un "véritable régime présidentiel, avec suppression du Premier ministre et pouvoirs accrus pour le Parlement". Sur franceinfo, l'ancien chef de l'État explique pourquoi il propose aussi d'allonger la durée du mandat présidentiel et de raccourcir la durée du mandat des députés.

Expérience faite et la mienne en particulier, cinq ans c'est trop court et sept ans c'est trop long

François Hollande

sur franceinfo

"C'est prendre le risque qu'il y ait de nouveau des cohabitations", a expliqué Didier Maus, constitutionnaliste, mercredi sur franceinfo. François Hollande ne fait pas tout à fait la même analyse. Il estime que, pour l'instant, la majorité parlementaire dépend trop directement de l'élection du président de la République.

La nouvelle réforme des retraites

Le successeur de François Hollande à l'Elysée, Emmanuel Macron, a engagé avec son gouvernement une réforme des retraites qui prévoit notamment d'instaurer un "régime universel". "A mesure que la vie s'allonge, il est légitime que la durée de cotisation s'allonge, note François Hollande, à condition que l'on traite bien la condition de pénibilité. Je suis pour que [la] réforme, que j'ai menée, qui aujourd'hui est appliquée, puisse se poursuivre. Pourquoi en inventer nécessairement d'autres ?" En 2014, la réforme Touraine, votée en 2014, prévoyait d'allonger les durées de cotisation pour obtenir la retraite à taux plein, ou bien décaler l'âge de départ moyen avec un mécanisme de décote-surcote. "Il y a d'autres moyens que de changer le mécanisme même de la retraite par point", assure François Hollande.

La réforme souhaitée par Emmanuel Macron va supprimer les régimes spéciaux, mais des dérogations vont être accordées à certaines professions. "On va réinventer les régimes spéciaux tout en ayant inquiété ? Si on veut éviter l'inquiétude, il faut lever toutes les incertitudes", affirme François Hollande.

On ne peut pas dire qu'Emmanuel Macron va trop vite, cela fait deux ans qu'il parle de cette réforme dont on ne voit pas le début d'une négociation.

François Hollande

sur franceinfo

Alors que les confédérations syndicales CGT, FO, la FSU et Solidaires ont appelé à "une première journée" de grève interprofessionnelle le 5 décembre, François Hollande prône le dialogue social : "Ce que je crois, c'est que si on veut qu'il y ait une paix sociale, il faut qu'il ait du dialogue, de la concertation. Il faut aussi qu'il y ait un projet."

Un "principe de responsabilité" sur le port du voile

François Hollande regrette que le débat sur le voile islamique soit encore dans le débat politique. Il constate que "tout le monde dénonce" l'attaque d'un élu du Rassemblement national contre une mère voilée qui encadrait une sortie scolaire au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté le 11 octobre.

On aurait pu en rester-là. Plutôt que de faire ça, on a laissé ouvert un débat qu’on connaît par cœur, sans qu’il y ait d’ailleurs de conclusion, puisque la loi doit s’appliquer.

François Hollande

sur franceinfo

Il appelle le personnel politique à appliquer un "principe de responsabilité" et vise notamment Jean-Michel Blanquer, qui "a exprimé une position personnelle [sur le voile islamique], mais il est ministre et en plus ministre de l'Éducation. Il sait parfaitement qu'il y a la question des sorties scolaires qui est posée depuis des années." Interrogé sur l'incident dont la vidéo est devenue virale, Jean-Michel Blanquer avait jugé que le port du voile n'était "pas souhaitable dans notre société".

Revoir l'interview en intégralité : 

Vous êtes à nouveau en ligne