Reconfinements locaux, chiffres mensuels de la délinquance, enseignement de l'arabe à l'école, délai de recours à l'IVG... Le "8h30 franceinfo" d'Aurélien Pradié

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le secrétaire général Les Républicains, député du Lot, était l'invité du "8h30 franceinfo", mercredi 14 octobre 2020.

Aurélien Pradié, secrétaire général Les Républicains et député du Lot, était l'invité du "8h30 franceinfo", mercredi 14 octobre 2020. Reconfinements locaux, chiffres mensuels de la délinquance, enseignement de l'arabe à l'école, allongement du délai légal de recours à l'IVG... Il répond aux questions de Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia.

Covid-19 : "Un reconfinement local est impossible"

Avant la prise de parole d'Emmanuel Macron, ce mercredi 14 octobre, Aurélien Pradié estime qu'"un reconfinement local est impossible". "Il faut donc trouver d'autres solutions", explique-t-il. "Est-ce que le couvre-feu en est une ? Je n'en sais rien. En tout cas, si ça permet d'éviter la propagation dans des villes très denses, pourquoi pas", juge le député LR du Lot.

"Vous mesurez les conséquences sociales qu'un reconfinement, y compris par secteur, peut avoir ? La vie sociale que nous sommes en train de transformer dans notre pays, les conséquences que cela aura sur la psychologie des uns et des autres, cela m'inquiète", s'inquiète Auréien Pradié.

"Gérald Darmanin et Marlène Schiappa ont un goût très prononcé pour le baratin politique"

Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, et Marlène Schiappa, la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, ont présenté mardi 13 octobre les premiers chiffres mensuels de l'insécurité. Pour Aurélien Pradié, les deux ministres "ont un goût très prononcé pour les tweets, pour le bla-bla, pour le baratin politique mais pas du tout pour l'action".

"Gérald Darmanin c'est un bon ministre sur Twitter et c'est un très mauvais ministre de l'Intérieur dans les actes", ajoute le secrétaire général Les Républicains, pointant notamment une "explosion depuis trois années des actes de violence, notamment à l'égard des forces de l'ordre".

Apprentissage de l'arabe à l'école : "C'est une faute"

"L'école élémentaire doit être un terrain neutre qui donne à chacun la chance de se construire pour demain", estime Aurélien Pradié, alors qu'Emmanuel Macron a plaidé pour "enseigner davantage la langue arabe à l'école" pour lutter contre le séparatisme. 

"L'école primaire, c'est le socle de la laïcité, le socle du bien commun, de la République, c'est le moment où on ne stigmatise pas les enfants. Proposer l'apprentissage de la langue arabe à des gamins en leur disant : 'Vous avez des origines lointaines qui sont liées à la langue arabe et donc vous allez apprendre l'arabe', je pense que c'est une faute parce que ce n'est pas une manière de les pousser à l'émancipation", justifie le député. 

Allongement du délai de l'IVG : "un risque de banalisation" de l'avortement ?

L'Assemblée nationale a adopté en première lecture l'allongement du délai légal d'accès à l'IVG de 12 à 14 semaines. "Je n'ai aucun complexe à dire que la loi Veil est une des plus belles et plus grandes lois de la République. Et Simone Veil elle-même a toujours dit que l'acte d'IVG n'était pas une banalité et je le pense profondément. Je serai toujours un défenseur ardent de l'accès à l'IVG. Mais je m'inquiète d'une forme de banalisation de cet acte-là pour les femmes", explique Aurélien Pradié. 

"Je suis opposé au rallongement, parce que nous avons aujourd'hui tous les outils, tous les moyens qui nous permettent de protéger ces femmes (…) Je pense que cette tendance à progressivement allonger est un risque de banalisation qui serait une faute, non pas pour la société mais une faute pour les femmes", estime le député LR.

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du mercredi 14 octobre 2020 :

Vous êtes à nouveau en ligne