Municipales 2020 : Thierry Solère se dit "très favorable à ce que tous les ministres se frottent au suffrage universel"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le député LREM a condamné les divisions dans son propre camp dans la course pour l'Hôtel de ville de Paris.

Une douzaine de membres du gouvernement devraient se lancer dans les élections municipales de mars 2020, en tête ou en soutien sur une liste. Parmi eux, le Premier ministre Edouard Philippe, qui a évoqué une candidature au Havre, ou encore Gérald Darmanin, qui est déjà candidat à Tourcoing. Interrogé dimanche 15 septembre sur franceinfo sur le bien-fondé de ces candidatures, Thierry Solère, député La Répulique en marche (LREM) des Hauts-de-Seine a déclaré qu'il était "très favorable à ce que tous les ministres du gouvernement se frottent au suffrage universel". 

"C'est le meilleur moyen d'avancer, a justifié Thierry Solère. Et le premier d'entre eux, le Premier ministre, a bien raison de rappeler que l'on ne peut pas être candidat ailleurs que là où on a ses tripes. Il aura à dire en début d'année, comme ses ministres, ce qu'il souhaite faire."

"Les divisions c'est très mauvais quand on veut l'alternance"

Le député a par ailleurs dénoncé "les divisions" dans son propre camp à Paris, où le candidat dissident Cédric Villani fait de l'ombre à Benjamin Griveaux, le candidat officiellement investi par LREM. "J'appelle tous ceux qui veulent cette alternance à rassembler leurs forces au premier tour. Benjamin Griveaux a été choisi pour être notre candidat, a déclaré Thierry Solère. Les divisions c'est très mauvais quand on veut l'alternance."

Souvent, il n'y a pas vocation à présenter des listes contre un maire qui se reconnaît dans nos valeurs.

Thierry Solère, député LREM

Enfin, Thierry Solère a affirmé que pour combattre le Rassemblement national (RN) là où il pouvait l'emporter, comme dans les Hauts-de-France ou dans le sud-est de la France, il était plus judicieux de ne pas présenter de liste contre les maires sortants socialistes ou républicains. "Beaucoup de maires sortants ont un bon bilan et ces élus ont des valeurs qui sont souvent compatibles avec celles de la majorité présidentielle, a estimé le député. Si cela doit favoriser l'élection d'une liste RN, cela ne sert à rien de participer à la division quand un maire fait bien son boulot. Chaque parti républicain doit avoir ce raisonnement-là."

Vous êtes à nouveau en ligne