Mesures sanitaires, vacances des soignants, déprogrammations de soins... Le "8h30 franceinfo" de Martin Hirsch

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP, est l'invité du "8h30 franceinfo", lundi 5 octobre 2020.

Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP, est l'invité du "8h30 franceinfo", lundi 5 octobre 2020. Mesures sanitaires, vacances des soignants, déprogrammation de soins... Il répond aux questions de Marc Fauvelle et Sahlia Brakhlia.

"Au quatrième verre, si vous trouvez de la distanciation sociale, je vous offre un euro"

Parmi les endroits "où on est le plus souvent face à face" selon le directeur général de l’AP-HP, il y a les bars que les restaurants pour des raisons simples : "Au quatrième verre, si vous trouvez de la distanciation sociale, je vous offre un euro", observe-t-il. La seule manière d'éviter que le Covid-19 circule, c'est "de limiter les interactions sociales", affirme Martin Hirsch, alors que les bars et cafés doivent fermer pour au moins deux semaines à Paris et en petite couronne. 

"Nos blocs opératoires fonctionnent à plein" pour rattraper les opérations déprogrammées

"Nos blocs opératoires fonctionnent à plein aujourd'hui d'opérations qui auraient pu avoir lieu en mars, avril, mai ou juin", déclare Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP. Contrairement au printemps, en plein pic de l'épidémie du Covid-19, "on déprogramme peu aujourd'hui", mais "le risque est d'avoir à déprogrammer beaucoup", prévient Martin Hirsch, invitant les patients à ne pas reporter d'eux-mêmes leurs rendez-vous médicaux.

Martin Hirsch "souhaite" que certains soignants renoncent à leurs vacances, mais pas de "non" autoritaire

"On souhaite que certains [personnels de l'hôpital] puissent renoncer à leurs vacances", déclare le directeur général de l'AP-HP Martin Hirsch. "On ne leur dit pas non autoritairement", assure-t-il précisant que des mesures d'aide à la garde d'enfants sont proposées, y compris à domicile. "On a demandé au gouvernement, et la réponse est positive, que les journées auxquelles on renonce soient correctement indemnisées pour ne pas qu'il y ait de sacrifice financier."

"Les anti-vaccins ont fait beaucoup de mal à la santé publique, y compris à l'hôpital"

"Je pense que des discours de facilité, démagogiques, instillant le doute, portent chez tout le monde. Les anti-vaccins ont fait vraiment beaucoup de mal à la santé publique, y compris à l'hôpital", regrette Martin Hirsch. "Effectivement, celui qui vend un vaccin le fait avec un modèle économique, mais de là à dire que les décisions pour vacciner seraient prises sur des bases influencées par les 'Big Pharma', ça n'est pas vrai pour nous", argumente-t-il.

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du lundi 5 octobre 2020 :

Vous êtes à nouveau en ligne