Liens de Jean-Paul Delevoye avec l'assurance, réforme des retraites, grève des transports... le "8h30 franceinfo" de Philippe Martinez

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Philippe Martinez (CGT) était l'invité du "8h30 franceinfo", lundi 9 décembre 2019.

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, était l'invité du "8h30 franceinfo", lundi 9 décembre 2019. Liens de Jean-Paul Delevoye avec l'assurance, réforme des retraites, grève dans les transports... Il répond aux questions de Marc Fauvelle et Renaud Dély.

Lien non déclaré de Delevoye avec l'assurance : "Un problème"

Le haut commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, n'a pas déclaré sa fonction d'administrateur dans un institut de formation du secteur de l'assurance. C'est "gênant", dénonce Philippe Martinez, car "même bénévole, il conseille"

"On voit bien qu'il y a un problème", affirme le secrétaire général de la CGT, même si pour Philippe Martinez, "le problème de fond, c'est la question des retraites".

La CGT ira à la réunion avec Delevoye et Buzyn 

Jean-Paul Delevoye a justement convié l'ensemble des partenaires sociaux à une réunion de "restitution" des dernières négociations sur le projet de loi sur la réforme des retraites, lundi après-midi, en présence d'Agnès Buzyn. Le numéro 1 de la CGT confirme que son syndicat "ira" à cette réunion. "Cet après- midi on verra s'il nous a entendu", ajoute Philippe Martinez. 

>> Cinquième journée de grève contre la réforme des retraites, suivez notre direct

Le leader syndical réaffirme la ligne de la CGT sur le projet : "il faut retirer cette réforme. Elle est injuste. Elle est là pour faire des économies sur le dos des salariés. C'est une individualisation du système de retraite. Cette réforme est mauvaise", dénonce Philippe Martinez, qui ajoute que son organisation "a fait des propositions pour améliorer le système actuel".

Accentuer les grèves, "même si ça gêne"

"Il y a besoin d'accentuer les grèves partout, partout", même si "une grève, ça gêne, notamment une grève dans les transports", affirme Philippe Martinez. Jeudi, "on a compté 1,5 million" de manifestants, pour ce mardi, "il faudrait qu'il y en ait plus" affirme le leader syndical. 

"On ne préconise pas l'action qu'à la SNCF, on la préconise partout" et il faut "généraliser les actions", poursuit Philippe Martinez. "Ne pas agir aujourd’hui, c’est demain ou après-demain des reproches des gens qui ne verront jamais la retraite"estime-t-il.

"Notre souhait, c'est que cela s'arrête. Si le Premier ministre nous dit 'on s'est trompés, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, on remet les compteurs à zéro et on étudie vos propositions', la grève s'arrête tout de suite", assure Philippe Martinez.

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du lundi 9 décembre 2019 : 

Vous êtes à nouveau en ligne