Législatives d'Évry : "Peut-être" que La France insoumise est "emportée dans ce mouvement de mise à distance des formations politiques"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le député La France Insoumise de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière était l'invité de franceinfo lundi 26 novembre.

Au lendemain de la défaite de la candidate La France Insoumise Farida Amrani (40,9%) contre Francis Chouat (59,1%), soutenu par le sortant Manuel Valls, à l'élection législative partielle de la première circonscription de l'Essonne, Alexis Corbière, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, a souligné ce lundi sur franceinfo la très forte abstention (82,4%) lors du scrutin et a estimé que "peut-être", son parti est "emporté dans ce grand mouvement de mise à distance des formations politiques".

Selon Alexis Corbière, la forte impopularité du gouvernement n'a pas directement profité à la candidate insoumise mais a "manifestement produit de l'abstention", une "forte abstention populaire" car dans un tel contexte, "ceux qui viennent voter sont souvent les catégories les moins impactées".

"Je regrette la défaite, il faut accepter", a déclaré Alexis Corbière qui constate que LFI n'a "pas réussi à mobiliser ces milieux abstentionnistes". L'élu de Seine-Saint-Denis a émis plusieurs hypothèses : "Peut-être parce qu'on n'a pas assez travaillé", "peut-être aussi parce que nous sommes emportés dans ce grand mouvement de mise à distance des formations politiques". Il a également admis "une petite erreur" de "mener une campagne de 2e tour type 'gauche rassemblée'" qui "n'a rien produit".

Alexis Corbière évoque également la séquence sur la quinzaine de perquisitions menées à La France insoumise le 16 octobre dernier. A-t-elle entraîné une perte d'électeurs ? "C'est possible", a répondu l'élu. "On aurait aimé ne pas la vivre", "on ne souhaitait pas cette séquence", a-t-il ajouté, précisant que "peut-être que les gens n'ont pas bien compris" la "colère" exprimée alors par Jean-Luc Mélenchon.

Vous êtes à nouveau en ligne