La quatrième vague dans les hôpitaux, levée des brevets sur les vaccins... Le "8h30 franceinfo" de Rémi Salomon

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le chef de service à l'hôpital Necker et président de la Commission médicale d'établissement de l’AP-HP était l'invité du "8h30 franceinfo", jeudi 29 juillet 2021.

Rémi Salomon, chef de service à l'hôpital Necker et président de la Commission médicale d'établissement de l’AP-HP était l'invité du "8h30 franceinfo", jeudi 29 juillet 2021. Il répondait aux questions de Marie Bernardeau et Jean-Jérôme Bertolus.

Quatrième vague : "Dans les hôpitaux parisiens, pour le moment, l'impact est très modéré"

Ce mercredi à l'issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal annonçait un taux d'incidence du virus qui augmente sur tout le territoire. En Île-de-France, Rémi Salomon dit voir "revenir depuis maintenant une dizaine de jours des patients aux urgences et certains sont hospitalisés avec des formes graves", même s'il n'observe pour l'instant "aucune difficulté à trouver des lits dans les services de réanimation".

Le profil des patients a changé : ils sont "plus jeunes que lors des précédentes vagues" et ne sont "pas vaccinés". Rémi Salomon appelle à la vigilance, car "un encombrement des hôpitaux avant la fin du mois d'août" n'est pas à exclure selon lui.  "Avec des gestes barrières bien suivis, on peut vraiment aplatir complètement, c'est-à-dire réduire de manière extrêmement significative le nombre de patients hospitalisés", affirme-t-il.

"Les deux tiers de la planète sont très, très mal vaccinés"

Rémi Salomon s'est dit ce jeudi sur franceinfo "très critique vis-à-vis de l'industrie pharmaceutique". Selon lui, il "est scandaleux que plus de la moitié de la planète soit si mal vaccinée", dit-il.

Malgré les déclarations des présidents américain et français en faveur de la levée des brevets sur les vaccins anti-covid 19, l'Afrique et les pays en voie de développement n'ont toujours pas accès à une vraie politique de vaccination. "Je n'ai pas de conflit d'intérêts avec les laboratoires pharmaceutiques, rappelle Rémi Salomon. Pour autant, je défends la vaccination. Je suis très critique d'ailleurs vis-à-vis de l'industrie pharmaceutique. On a un problème,  les deux tiers de la planète sont très, très mal vaccinés", a-t-il expliqué.

Le président de la Commission médicale d'établisssement de l'AP-HP plaide pour le levée de brevets et "des transferts de technologie" afin de fabriquer et de distribuer les vaccins."Si on ne le fait pas, on va avoir des variants qui vont encore circuler et qui pourraient revenir dans nos pays", assure-t-il. 

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du jeudi 29 juillet 2021 :

Vous êtes à nouveau en ligne