La ligne des Républicains "sert de marchepied au Rassemblement national", affirme Franck Riester

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le ministre de la Culture, invité du "8h30 Fauvelle-Dély", mercredi 29 mai, a critiqué la ligne politique "identitaire, eurosceptique, ultraconservatrice" de son ancien parti Les Républicains, arrivé en 4e position aux élections européennes. 

Pour Franck Riester, président du parti Agir, allié à La République en marche pour les élections européennes, "le comportement des Républicains et la ligne identitaire, eurosceptique, ultra conservatrice, sert de marchepied au Rassemblement national. C'est suicidaire pour ce parti-là." Pour le ministre de la Culture, "la droite ce n'est pas simplement LR et je refuse de la laisser aux identitaires et ultraconservateurs." 

L'ancien membre du parti de Laurent Wauquiez lance un appel aux maires de droite en vue des municipales : "si vous voulez être fidèle aux valeurs, aux principes et aux idées de la droite républicaine voulue par les pères fondateurs de l'UMP Jacques Chirac, Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et même Nicolas Sarkozy, venez nous rejoindre. On travaille avec toutes les bonnes volontés."  Le ministre de la Culture a dénoncé l'opposition des Républicains à la politique du gouvernement. "Quand vous êtes dans une opposition systématique vous ne pouvez pas construire des majorités au niveau local", affirme-t-il.

Franck Riester a insisté sur le "besoin de faire de la politique différemment, d'être clairs sur nos idées de droite. La politique ce n'est pas simplement se recroqueviller sur une partie dure de sa sensibilité, c'est au contraire de s'ouvrir. C'est être fier de ses idées, fidèles à ses idées, et en même temps tendre la main à d'autres qui ont peut-être une culture politique différente, une histoire politique différente, des sensibilités différentes, mais qui veulent travailler main dans la main pour l'intérêt du pays, de l'Europe ou du territoire."

La liberté de la presse, "élément fondamental d'une démocratie"

Un responsable et une journaliste du Monde vont-être entendu, ce mercredi, par la DGSI, dans le cadre de l'affaire Benalla. "La liberté de la presse c'est un élément fondamental d'une démocratie", rappelle Franck Riester. "Nous devons veiller à ce que la liberté de la presse soit respectée en France. Je pense qu'elle l'est", ajoute le ministre de la Culture. "C'est une affaire judiciaire. Je ne me prononcerai donc pas" sur la légitimité de cette affaire et sur la décision, nuance-t-il toutefois. 

La reconstruction de Notre-Dame "n'est pas une course de vitesse"

Dossier majeur du ministre de la Culture, la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame après l'incendie qui l'a en partie ravagé le 15 avril n'est "pas une course de vitesse" a affirmé Franck Riester. À propos de l'objectif fixé par Emmanuel Macron de mener le chantier en cinq ans, le ministre tente de rassurer les professionnels du patrimoine, "c'est une ambition de mobilisation de toutes et de tous. La priorité c'est de faire une restauration de grande qualité. On ne confondra pas vitesse et précipitation. On ne veut pas s'assoir sur les règles de préservation du patrimoine, de la protection de l'environnement", assure Franck Riester.

La promesse de don "est autour de 850 millions d'euros" explique le ministre, "on ne peut pas dire que l'on a assez pour le moment" met en garde le ministre, car il s'agit de promesses de dons, et le coût de chantier de restauration n'est pas encore connu. 

Retrouvez l'intégralité de l'émission "8h30 Fauvelle-Dély" du mercredi 29 mai 2019 :

Vous êtes à nouveau en ligne