Inquiétudes sur le déconfinement, quatrième vague, personnel soignant... Le "8h30 franceinfo" de Lila Bouadma

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La réanimatrice à l'hôpital Bichat (Paris), était l'invitée du "8h30 franceinfo", mardi 11 mai 2021.

La professeure Lila Bouadma, réanimatrice à l'hôpital Bichat à Paris, membre du Conseil scientifique, était l'invitée du "8h30 franceinfo", mardi 11 mai 2021. Inquiétudes sur le déconfinement, quatrième vague, personnel soignant... Elle répond aux questions de Lorrain Sénéchal et Salhia Brakhlia.

Les réouvertures provoquent "l'inquiétude" du Conseil scientifique

"Le fait que ces réouvertures ne soient pas liées à des critères sanitaires stricts nous rend inquiets", déclare Lila Bouadma, à propos du calendrier de déconfinement confirmé lundi 10 mai par le Premier ministre Jean Castex. "Le conseil scientifique s'est saisi de cette question et a émis un avis à la fin de la semaine dernière sur notre inquiétude, qui est perceptible, sur ce qui va se passer", indique-t-elle.

Lila Bouadma cite l'exemple de l'Angleterre. "Ils ont écrasé la courbe épidémique très fortement, ils ont beaucoup, beaucoup vacciné" et ensuite ils ont décidé de rouvrir "en fonction de critères sanitaires". Tandis qu'en France, "ces réouvertures, sont [programmées] à des dates extrêmement précises, c'est rythmé et c'est ça qui nous rend inquiets. On aurait préféré que ces réouvertures soient guidées par des critères sanitaires", déplore Lila Bouadma.

Pour éviter une quatrième vague, "il faut vacciner 500 000 personnes par jour"

L’arrivée des vacances d’été et la lassitude des Français pourraient favoriser une remontée des contaminations, estime Lila Bouadma : "Il va y avoir des cas cet été. Après, est-ce que cela fait une grosse vague, une petite vague, est-ce que c'est absorbable par l'hôpital ? C'est une grande question. En fait, c'est une équation à multiples paramètres", explique-t-elle.

Pour éviter une quatrième vague, "il faut vacciner 500 000 personnes par jour tous les jours jusqu'au 30 juin", juge Lila Bouadma. Pour l’instant, la France vaccine environ 300 000 personnes par jour contre le Covid-19. Selon elle, si on n’augmente pas le rythme de la vaccination, "cela serait vraiment catastrophique. Cela ferait une vague probablement très importante", met-elle en garde.

"Des réanimateurs, ça ne se forme pas en trois jours"

Emmanuel Macron a promis fin mars renforts et lits supplémentaires pour les services Covid des hôpitaux français. "Des réanimateurs, ça ne se forme pas en trois jours", réagit Lila Bouadma. "Pour faire de la réanimation, il faut un lit, c'est sûr, mais il faut surtout des gens compétents. Pour soigner la gravité des malades que nous avons dans nos services, il n'y a que des réanimateurs. Et des réanimateurs, ça ne se forme pas en un an, ça ne se forme pas en six mois, ça ne se forme surtout pas en trois jours", affirme-t-elle.

Selon la réanimatrice, l'envoi de soignants en renforts et de l'ouverture de lits supplémentaires fonctionne "pour des malades de gravité intermédiaire" mais "pas pour des malades de réanimation. Ou alors, on ne les soigne pas. On leur a trouvé un lit mais on ne les soigne pas."

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo", mardi 11 mai 2021 :

Vous êtes à nouveau en ligne