"Il avait une déception sur l'Europe d'aujourd'hui"... Le "8h30 franceinfo" spécial Valéry Giscard d'Estaing avec Jean-Christophe Lagarde

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le président de l'UDI était l'invité du "8h30 franceinfo", jeudi 3 décembre 2020.

Valéry Giscard d'Estaing, mort mercredi 2 décembre 2020, à l'âge de 94 ans, "avait une déception sur l'Europe d'aujourd'hui", affirme le président de l'UDI et député de Seine-Saint-Denis, Jean-Christophe Lagarde, invité du "8h30 franceinfo", jeudi 3 décembre 2020.

L'ancien président de la République regrettait, selon l'élu centriste, "le fait qu'on s'arrête au milieu du gué, qu'on n'aille pas au bout de cette construction" européenne qu'il avait portée avec le chancelier allemand de l'époque, Helmut Schmidt, "et que cette construction, finalement, présente des avantages et des inconvénients mais qu'on n'aille pas suffisamment loin pour que les inconvénients disparaissent et qu'on ne puisse en tirer que les avantages."

Une construction inachevée

"Regardez ce qu'il s'est passé dans la crise du Covid", poursuit Jean-Christophe Lagarde. "Tout le monde a dit : 'l'Europe ne fait rien'. Mais ce sont les États qui ont refusé à l'Europe d'avoir la moindre compétence en matière de santé. Faut-il qu'elle en ait ? C'est un débat. Mais c'est cette construction inachevée, où on ne dit pas : voilà ce que nous faisons mieux ensemble, et voilà ce que nous allons faire tout seul parce que ce n'est pas nécessaire de le faire ensemble."

Selon le président de l'UDI, Valéry Giscard d'Estaing avait la "conviction que la construction européenne est la condition de l'indépendance de la France dans le monde d'aujourd'hui, face aux grandes puissances que sont les États-Unis, désormais la Chine, à l'époque l'Union soviétique". "La construction européenne est le seul moyen que nous ayons entre les mains pour ne pas subir les autres", souligne encore Jean-Christophe Lagarde.

"Regardez la presse européenne aujourd'hui et dans les jours qui viennent, et vous verrez que beaucoup de gens en Europe lui rendent plus justice que nous ne l'avons fait nous-mêmes", estime le député de Seine-Saint-Denis.

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du jeudi 3 décembre 2020 :

Vous êtes à nouveau en ligne