Hébergement d'urgence, APL, situation à Marseille... Julien Denormandie répond dans le "8h30 franceinfo"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le ministre de la Ville et du Logement Julien Denormandie était l'invité du "8h30 franceinfo", mercredi 30 octobre 2019. 

Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, était l'invité du "8h30 franceinfo", mercredi 30 octobre 2019. Hébergement d'urgence, immeubles insalubres à Marseille, APL... Il répond aux questions de Marc Fauvelle et Jean-Jérôme Bertolus. 

14 000 places d'hébergement d'urgence en plus cet hiver

"La rue ça tue et malheureusement vous avez encore des milliers de personnes qui sont dans la rue", rappelle Julien Denormandie alors que 612 personnes sont mortes en 2018, soit 101 de plus qu'en 2017, d'après le collectif "Les morts de la rue". "On va ouvrir des places temporaires supplémentaires, 14 000 de plus", annonce le ministre chargé de la Ville et du Logement. Ces places seront ouvertes "le temps d'un hiver, mais une partie d'entre elles seront pérennisées" précise-t-il. 

Il y a actuellement 146 000 places d'hébergement d'urgence "ouvertes par l'État, avec les collectivités et les associations. C'est l'équivalent d'une ville comme Le Mans", ajoute Julien Denormandie. Le nombre de places d'hébergement a augmenté de "manière extrêmement significative depuis deux ans. On a pérennisé plus de 15 000 places supplémentaires", explique-t-il.

Sinistrés de la rue d'Aubagne : "On a géré au mieux les urgences"

Le 5 novembre 2018, huit personnes sont mortes à Marseille après l'effondrement de trois immeubles de la rue d'Aubagne. Des centaines d'immeubles ont été évacués ensuite et des milliers de Marseillais ont dû quitter leur logement. Tous n'ont pas trouvé de solution définitive. "Pendant un an, on a géré au mieux les urgences", assure Julien Denormandie, avant d'expliquer qu'il avait pris lui-même son téléphone pour appeler les grands propriétaires de logements vides. "Je les ai convaincus de remettre plus d'une centaine de logements à destination des Marseillais meurtris", affirme-t-il. 

Les marchands de sommeil sont devenus "le principal ennemi" de Julien Denormandie et pas seulement à Marseille. "Il faut traquer les marchands de sommeil. C'est quelque chose d'inacceptable dans notre pays. Ces escrocs jouent sur la détresse" des gens. "J'en ai fait mon ennemi public numéro un. Par la loi aujourd'hui, ils sont considérés comme des trafiquants de drogue." Une plateforme téléphonique a été lancée, le 0 806 706 806, pour que les gens dénoncent les marchands de sommeil.

Le calcul des APL "en temps réel"

"On a lancé un chantier très important sur les APL [les aides au logement], qui est le chantier des APL en temps réel" comme pour l'impôt à la source explique Julien Denormandie. Avec la réforme des APL "en temps réel, désormais à partir de janvier, on va calculer le niveau d'APL en fonction de ce que vous gagnez durant les 12 derniers mois et pas en fonction de ce que vous avez gagné il y a deux ans"; explique le ministre. 

"Il n'y aura plus de baisse bête et méchante de 5 euros comme cela avait été le cas il y a deux ans", promet-il également. 

Retrouvez l'intégralité de l'émission "8h30 franceinfo", mercredi 30 octobre 2019 :

Vous êtes à nouveau en ligne