Fin du masque en extérieur, Macron dans les Hauts-de-France, retraites, Rassemblement national... Le "8h30 franceinfo" de Xavier Bertrand

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le président (divers droite) des Hauts-de-France, candidat à sa réélection, était l'invité du "8h30 franceinfo", jeudi 17 juin 2021.

Xavier Bertrand, Le président (divers droite) des Hauts-de-France, candidat à sa réélection et candidat à l'élection présidentielle était l'invité du "8h30 franceinfo", jeudi 17 juin 2021. Fin du masque en extérieur, Emmanuel Macron dans les Hauts-de-France, réforme des retraites, Rassemblement national... Il répond aux questions de Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia.

Fin du masque à l'extérieur, "pas dupe" avant les régionales

"Je pense que la politique n'était pas loin" lorsque la décision a été prise de lever l'obligation de porter le masque à l'extérieur, déclare Xavier Bertrand. "Je dis merci le premier tour des élections régionales parce que je ne suis pas dupe", dit-il. "La question qu'on se pose c'est : on a quel cadeau la semaine prochaine ? Parce qu'il y a le deuxième tour des élections régionales, on a forcément une bonne nouvelle qui va arriver", ironise Xavier Bertrand, qui se félicite tout de même de pouvoir mieux respirer.

Concernant la levée du couvre-feu, le candidat divers droite dans les Hauts-de-France estime qu'il "était mort depuis la semaine dernière" avec "la décision du gouvernement d'accorder une dérogation pour ceux qui étaient à Roland-Garros, pendant que les jeunes étaient évacués des Invalides. Si la décision avait été prise plus tôt on aurait évité ce deux poids, deux mesures".

Emmanuel Macron "est en campagne" pour la présidentielle

Avec son tour de France des territoires, Emmanuel Macron "est en campagne, qu'il le reconnaisse, ça sera plus clair, ce sera plus respectueux des Français", déclare Xavier Bertrand. Il n'a pas prévu d'aller à la rencontre du président de la République qui se rend jeudi 17 mai dans la Somme et dans l'Aisne.

"Je ne vais pas lui reprocher" d'être en campagne, poursuit Xavier Bertrand qui est lui-même en campagne pour les élections régionales et présidentielle. "Mais moi je le dis, je l'assume, je joue la carte de la transparence et de la vérité. Et je demande au président de la République qu'il assume également qu'il est en campagne". Il estime qu'il s'agit là de "respecter les Français".

Retraites : pour une réforme "avec de la justice"

Xavier Bertrand appelle à une réforme des retraites "courageuse, mais avec de la justice". La question des retraites "doit être tranchée par l'élection présidentielle. Il faudrait une réforme courageuse, mais avec de la justice. Et de la justice, ce n’est pas la marque du chef de l'État. Si on veut maintenir le niveau de vie des retraités d'aujourd'hui et de demain, il faudra accepter de travailler un peu plus longtemps. Mais attention, pas pour ceux qui sont usés par le travail", dit-il.

Selon le président de la région Hauts-de-France, "Dans dix ans, il faudra certainement être à deux années de plus. Pas tout de suite. Dans dix ans", affirme-t-il. "Deux ans de plus et ensuite avec l'espérance de vie qui augmentera, il faudra aller vers un an supplémentaire", a-t-il ajouté.

"Le Front national new-look, ça n'existe pas, ils sont toujours aussi dangereux"

Le président de la région Hauts-de-France affirme être "le seul rempart contre le Front national" dans cette région et assure qu'il ne modifiera pas sa liste en vue du second tour. Xavier Bertrand s'appuie sur les sondages pour montrer qu'il a fait reculer le parti de Marine le Pen dans les Hauts-de-France. "Voilà cinq ans, le Front national était au 1er tour à 41 %, il est aujourd'hui à 33%. Avec mes amis, nous étions à 25%, on est aujourd'hui au-delà", autour de 36% au premier tour.

"Le Front national new-look, ça n'existe pas, ils sont toujours aussi dangereux pour leurs idées", alerte Xavier Bertrand"Au Front national, ils ont changé en rien, même la vitrine n'a pas changé. Et vous n'avez pas besoin d'aller voir dans l'arrière-boutique les sales méthodes, l'extrême droite", insiste le président des Hauts-de-France qui utilise l'ancien nom du Rassemblement national. 

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du jeudi 17 juin 2021 :

Vous êtes à nouveau en ligne