Extension de la PMA à toutes les femmes : "Nous irons jusqu'au bout", confirme le secrétaire d'Etat Mounir Mahjoubi

Invité vendredi sur franceinfo, Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat chargé du Numérique, a notamment confirmé l'extension prochaine de la PMA à toute les femmes, alors que la conférence des évêques de France a publié hier jeudi un texte contre cette extension et semble décidé à s'opposer au projet de loi.

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat chargé du Numérique, a confirmé vendredi 21 septembre sur franceinfo que le gouvernement ira "jusqu'au bout" concernant l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes, une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. La conférence des évêques de France a publié jeudi un texte contre cette extension et semble décidé à s'opposer au projet de loi. " Vous me posez la question à moi personnellement en tant que membre du gouvernement", explique Mounir Mahjoubi.

"Au sujet de la PMA, j'ai pris des engagements toute ma vie. Nous sommes nombreux dans ce cas-là. Nous avons annoncé les prochaines étapes. Ce sujet viendra au Parlement à la date qui était prévue. Nous irons jusqu'au bout."

"Sur la PMA aujourd'hui rien n'est remis en cause. La consultation a eu lieu. Tous ceux qui ont voulu s'exprimer contre ont pu s'exprimer contre",

Mounir Mahjoub

à franceinfo

"La consultation est close puisque que le rapport va être rendu. Il va être remis au gouvernement et c'est à partir de ce rapport que le gouvernement va pouvoir décider et ensuite le Parlement votera", a-t-il affirmé. Selon Mounir Mahjoubi, "la très grande majorité, la quasi-totalité des députés de la majorité soutient la PMA" pour les femmes seules ou en couple. "Toutes les femmes, c'est bien notre engagement de la présidentielle", a-t-il insisté.

"Il est encore dangereux aujourd'hui d'être homosexuel"

Invité à réagir sur le sujet après l'agression vendredi d'un jeune comédien dans le 20e arrondissement de Paris devant un théâtre, le secrétaire d'Etat a déploré qu'il soit "encore aujourd'hui", "dangereux d'être homosexuel". Le membre du gouvernement avait fait son coming out en mai dernier sur Twitter. "C'est dangereux partout dans le monde, c'est très dangereux dans certains pays et oui, c'est encore dangereux aujourd'hui."

"L'homophobie, cela transforme nos comportements. Et nos comportements, c'est de ne pas s'embrasser dans la rue, c'est de ne pas se tenir la main, c'est de ne pas se regarder d'un regard tendre", a-t-il expliqué. "Ça été très longtemps mon cas. Ça ne l'est plus. Je suis ministre. Je suis heureux. Je suis marié", a-t-il dit.

Mounir Mahjoubi dit s'être caché pendant longtemps : "Ce n'est pas une honte. On intériorise la peur et la gêne qu'on pourrait provoquer chez les autres et la haine qui pourrait être provoquée vers nous. Pour ne pas déranger, on ne va pas faire. Pour ne pas s'en prendre plein la gueule, on ne va pas faire. Puis à un moment, on va avoir un peu plus de courage. On est plus vieux, on a plus de chance, on est bon endroit au bon moment, allez ! On y va ! Et puis, on se fait insulter. Je me suis fait insulter souvent, j'ai eu des claques aussi. C'est insupportable", at-il expliqué.

Le secrétaire d’Etat chargé du Numérique n'a jamais porté plainte : "Cette petite violence, la petite claque, la petite insulte, ce n'est pas assez grave pour aller porter plainte et puis on continue sa vie et on avance. C'est ça qui est terrible", a-t-il affirmé. L'association SOS homophobie a souligné une recrudescence des agressions homophobes en 2018 (+15%) : "On n'a pas fini d'être visible, on n'a pas fini de parler, de dire que tout cela est très normal", a-t-il dit "Mon espoir, la chance, c'est que tout de même, on n'a jamais autant de personnes visibles et libres d'en parler", a-t-il conclu.

Regardez l'intégralité de l'entretien de Mounir Mahjoubi sur franceinfo le 21 septembre 2018

Vous êtes à nouveau en ligne