Européennes : "La seule réponse à l'extrême droite c'est l'écologie" affirme Yannick Jadot

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'eurodéputé écologiste sortant, invité du "8h30 Fauvelle-Dély" lundi, conduisait la liste d'Europe Écologie-Les Verts, qui se hisse à la 3e place avec 13,47%.

Dix ans après les européennes de 2009, Europe-Ecologie-Les Verts crée une nouvelle fois la surprise. La liste du parti arrive troisième du scrutin européen du 26 mai en France, avec plus de 13,47% des voix, derrière La République en marche (22,41%), et le Rassemblement national, sorti "gagnant" du scrutin avec 23,31% des voix. "La place qu'occupe l'extrême droite dans notre pays est un échec depuis de nombreuses années, depuis 2002, a réagi la tête de liste d'EELV Yannick Jadot, invité du "8h30 Fauvelle-Dély, lundi 27 mai. "Ceux qui ont dirigé ont justifié trop souvent leur renoncement, leur inaction, leur résignation en disant : 'Vous n'êtes pas contents avec moi, mais vous allez voter contre l'extrême droite'. Ce faisant, tous les dirigeants, Emmanuel Macron compris, ont banalisé l'extrême droite, en ont fait une option crédible", a-t-il poursuivi.

"C’est incroyable que ce Président qui a fait sa campagne présidentielle très largement sur l’Europe, soit tombé dans le même piège que ses prédécesseurs : 'moi ou le chaos'. Tout ça banalise l’extrême droite. Le message qui est envoyé par le pouvoir c’est 'si vous n’aimez pas ma politique, il n’y a qu’une seule alternative, c’est l’extrême droite', et ça c’est très dangereux", a encore regretté le chef de file des écologistes pour ce scrutin. 

"L’extrême droite ne se combat pas que pendant les scrutins électoraux. Elle se combat tous les jours, sur le terrain", argue l'eurodéputé. Yannick Jadot donne l'exemple de Grande-Synthe, dans le nord de la France, où les votes pour le Rassemblement national sont très faibles. Pour Yannick Jadot, cela s'explique par le fait que le maire "a mis en place une rénovation urbaine, les cantines bio, le minium social garanti, les transports gratuits. C'est parce qu'on traite au quotidien les problèmes sociaux à travers l'écologie qu'on casse les racines du Front national. La seule réponse à l'extrême droite c'est l'écologie", plaide l'élu écologiste. 

Ne pas "recomposer la gauche plurielle"

Pour lutter contre l'extrême droite, Yannick Jadot rejette la formation de coalitions de partis. Cela ne permet pas "de construire une alternative" assure-t-il. L'eurodéputé souhaite "rassembler les acteurs de la société, ceux qui agissent, et pas se mettre autour d’une table entre parti politique du XXe siècle pour se dire comment on se partage le gâteau. Ça ne peut plus être ça la politique." À côté du "vieux monde" et des populistes, "l’alternative qui enthousiasme, c’est l’écologie", affirme Yannick Jadot.

Un score qui déjoue les sondages

Le bon résultat des écologistes n'avait pas été anticipé par les différents sondages. Yannick Jadot estime qu'il y a eu "une cristallisation de l'électorat sur la dernière semaine." Le député européen s'est également réjoui que les écologistes soient la première force politique chez les moins de 35 ans. "Cette jeunesse qui s'est mobilisée c'est notre plus belle surprise, notre plus bel enthousiasme", a-t-il déclaré.  

Retrouvez l'intégralité de l'émission "8h30 Fauvelle-Dély" du lundi 27 mai 2019 :

Vous êtes à nouveau en ligne