Désignation de Benjamin Griveaux : Aurore Bergé "ne croit pas" qu’Emmanuel Macron "soit intervenu"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La députée des Yvelines, porte-parole de La République en marche, invitée de franceinfo jeudi 11 juillet, estime que le Président de la République n'a pas influé sur la Commission d'investiture qui a désigné l'ancien secrétaire d'État comme candidat LREM à la mairie de Paris.

"Je ne crois pas que le président de la République soit intervenu et personne n'a tordu le bras de la commission nationale d'investiture qui a fait un choix très clair en soutenant Benjamin Griveaux après avoir auditionné tous les candidats", a affirmé jeudi 11 juillet Aurore Bergé, au micro de franceinfo.  "Je pense que Benjamin Griveaux était le mieux préparé à une élection à Paris qui est une élection complexe. Il y a 17 campagnes à mener en parallèle et je crois qu'il était le mieux 'capé' pour pouvoir faire cette campagne", a ajouté la porte-parole de La République en marche. Un candidat qui travaille "depuis deux ans", selon la députée, à sa candidature, alors qu'il n'a démissionné du gouvernement que le 27 mars dernier.

Je ne vois pas pourquoi Cédric Villani ne soutiendrait pas la candidature de Benjamin Griveaux

Aurore Bergé

à franceinfo

Aurore Bergé peut "comprendre évidemment" que Cédric Villani, lui aussi candidat à l'investiture, "soit déçu de ne pas être choisi", surtout qu'il a fait une "belle campagne", selon elle. Le mathématicien va-t-il jouer la carte du rassemblement autour de Benjamin Griveaux ? L'élue des Yvelines ne veut pas imaginer le contraire : "Je fais de la politique, je n'écris pas des livres de politique-fiction", a-t-elle dit.

Aurore Bergé a rappelé les règles du jeu : "Cédric Villani est un homme intelligent et responsable. Il s'est engagé dans un processus qui était un processus de candidature à l'investiture. Quand on s'engage dans ce processus, on sait qu'il y a plusieurs concurrents. On sait qu'on peut gagner ou qu'on peut ne pas gagner et que la logique, évidemment, c'est qu'on se rassemble dès le lendemain pour travailler ensemble et former ensemble une équipe pour être en capacité de développer un projet et de gagner", a-t-elle expliqué.

"La transparence doit être faite" sur les dîners de François de Rugy à l'Assemblée

Interrogée sur la révélation d'images par Mediapart montrant le ministre de l'Écologie, François de Rugy, organiser des dîners fastueux en tant que président de l'Assemblée nationale, Aurore Bergé assure que  "toute la transparence doit être faite" par "la déontologue de l'Assemblée", en assurant que "si c'est des amis privés, il y aura un problème. Et là il y aura la nécessité évidemment que ce soit des frais qui soient remboursés", a-t-elle affirmé.

"Ce serait absurde d'être dans le déni et d'être dans l'excès. Le déni ce serait de dire que tout est normal et que les images n'interpellent pas les Français", admet la députée LREM, mais selon elle il ne faut pas tomber dans l'excès en appelant à la démission de François de Rugy. 

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Homéopathie : les parlementaires "harcelés par Boiron"

La décision de la ministre Agnès Buzyn de dérembourser totalement l'homéopathie à partir de 2021 est selon Aurore Bergé  "la démonstration non seulement qu’on fait confiance à la science mais aussi qu’on n’est pas soumis aux lobbys quand on prend cette décision courageuse"

"Nous avons été en tant que parlementaires harcelés de messages de la part de Boiron qui nous a invités à des conférences, à des petits déjeuners, à des rencontres, qui a déployé énormément de moyens", relate la députée, qui salue le courage de ses collègues : "D’abord celles et ceux qui dans leur circonscription évidemment ont des laboratoires qui travaillent sur ces questions-là, mais plus généralement, nous l’avons été pour que nous puissions influencer sur cette décision", estime Aurore Bergé. 

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Vous êtes à nouveau en ligne