Des Français espionnés par le logiciel espion Pegasus, les sanctions contre les récalcitrants au pass sanitaire... Le "8h30 franceinfo" de Gabriel Attal

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le porte-parole du gouvernement était l'invité du "8h30 franceinfo", lundi 19 juillet 2021.

Gabriel Attal, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, porte-parole du gouvernement, était l'invité du "8h30 franceinfo", lundi 19 juillet 2021. "Projet Pegasus", la loi sanitaire au Conseil des ministres, la mise en examen d'Eric Dupont-Moretti ... Il répond aux questions de Marie Bernardeau et Jean-Jérôme Bertolus. 

"Projet Pegasus" : "Il y aura des demandes d'éclaircissements"

Interrogé sur le "Projet Pegasus", Gabriel Attal a dénoncé "des faits extrêmement choquants qui, s'ils sont avérés, sont extrêmement graves". Selon ces révélations d’un consortium de journalistes créé par Forbidden Stories, dont fait partie la cellule investigation de Radio France, de nombreux Etats utilisent un logiciel espion pour cibler des militants, des journalistes ou encore des politiques. Parmi eux plus de 1 000 Français. "Il y aura des demandes d'éclaircissements", a ajouté le porte-parole du gouvernement. 

Pass sanitaire : "L'objectif, c'est de sanctionner des cas où il y aurait une volonté délibérée de ne pas appliquer les mesures"

Gabriel Attal a ensuite défendu l'application du pass sanitaire. "L'objectif, c'est de sanctionner des cas où il y aurait une volonté délibérée de ne pas appliquer les mesures", a t-il précisé. Le Conseil des ministres examine ce lundi 19 juillet le projet de loi comportant les nouvelles mesures anticoronavirus, dont l'extension du pass sanitaire. Le porte parole du gouvernement a aussi promis des "clarifications" sur l'application du pass sanitaire aux personnes ne pouvant pas être vaccinées. Il a notamment mentionné les femmes enceintes dans leur premier trimestre de grossesse et les personnes allergiques 

"Je ne crois pas du tout " que la mise en examen d'd'Éric Dupond-Moretti  va affaiblir le ministre

Sur le cas du ministre de la Justice, le porte-parole du gouvernement a défendu son collègue. "Son administration lui a recommandé, sur la base de ces éclaircissements, de diligenter des inspections" a affirmé M. Attal. Le ministre de la justice est mis en cause pour prise illégale d'intérêts par les magistrats de la Cour de la justice de la République chargés d'enquêter sur de possibles conflits d'intérêts avec ses anciennes activités d'avocat pénaliste. Cette mise en examen est inédite pour un garde des Sceaux en exercice.

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du lundi 19 juillet 2021 :

Vous êtes à nouveau en ligne