Coût de la grève dans les transports, mission de Ségolène Royal, pesticides... le "8h30 franceinfo" d'Élisabeth Borne

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Élisabeth Borne était l'invitée du "8h30 franceinfo", vendredi 10 janvier 2020.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, était l'invitée du "8h30 franceinfo", vendredi 10 janvier 2020. Coût de la grève dans les transports, mission de Ségolène Royal, pesticides... elle répond aux questions de Marc Fauvelle et Renaud Dély. 

Transports : le "coût considérable" de la grève

"Il y a un coût considérable" de la grève contre la réforme des retraites sur les caisses de la SNCF, indique Élisabeth Borne. "L'ordre de grandeur c'est 20 millions d'euros par jour de perte pour la SNCF", soit, au 37e jour de grève, un manque à gagner de 740 millions d'euros, auquel il faut ajouter le coût du remboursement aux usagers des TER et des grandes lignes. "C'est l'entreprise qui est pénalisée dans ses futurs investissements", s'inquiète la ministre. 

Un appel à la retenue pour Ségolène Royal 

Ségolène Royal, ancienne ministre de l'Environnement et désormais ambassadrice des pôles s'est exprimée à plusieurs reprises dans les médias au sujet de la réforme des retraites portée par le gouvernement"Quand on est un ambassadeur et qu'on porte la parole de la France, je pense que c'est important d'avoir un devoir de réserve, ça doit faire partie du poste. Ça pourra lui être rappelé", affirme Élisabeth Borne. 

La ministre de la Transition écologique et solidaire ajoute que Ségolène Royal "n'a pas jugé utile de venir [lui] parler de sa mission" depuis qu'elle occupe ce portefeuille ministériel, en juillet 2019. "Elle aura l'occasion de s'expliquer devant les députés", conclut Élisabeth Borne, alors que Ségolène Royal va devoir justifier l'utilisation des moyens qui lui sont accordés devant l'Assemblée nationale

Pesticides : interdire les usages non agricoles "avant l'été"

Alors que la vente de pesticides en France a bondi de 21% en 2018, Élisabeth Borne "souhaite qu'on aille plus loin et qu'on interdise les usages non agricoles [des pesticides] avant cet été". Si la politique de réduction de l'usage de ces produits est un échec dans le monde agricole, la ministre note "une baisse de 70% pour les usages non agricoles". Des usages déjà fortement restreints par la loi Labbé

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du vendredi 10 janvier 2020 :

Vous êtes à nouveau en ligne