Convention démocrate, vote par correspondance, questions identitaires... le "8h30 franceinfo" spécial élection présidentielle aux États-Unis

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Mathieu Gallard, directeur de recherche Ipsos, spécialiste dans l'étude de l'opinion américaine, Thomas Snégaroff, historien spécialiste des États-Unis, et Amy Porter, porte-parole du Parti démocrate en France étaient les invités du "8h30 franceinfo", lundi 17 août 2020.

Mathieu Gallard, directeur de recherche Ipsos, spécialiste dans l'étude de l'opinion américaine, Thomas Snégaroff, historien spécialiste des États-Unis, et Amy Porter, porte-parole du Parti démocrate en France étaient les invités du "8h30 franceinfo", lundi 17 août 2020. Convention démocrate, vote par correspondance, questions identitaires... Ils répondent aux questions de Julien Langlet et Neila Latrous. 

L'ouverture de la convention démocrate

La convention démocrate démarre ce lundi 17 août aux États-Unis et dans ce contexte de pandémie de coronavirus, l'événement se déroulera entièrement en ligne. Elle va officiellement désigner le ticket Joe Biden-Kamala Harris pour affronter Donald Trump en novembre. Si le candidat démocrate est en avance dans les sondages avec son côté "père la prudence", le président sortant se comporte en "desperado prêt à tout, à toutes les outrances" pour conserver son siège assure Thomas Snégaroff. 

"On a un duel qui est quasiment manichéen aujourd'hui, poursuit l'historien. Biden conserve la même image, celui qui n'inquiète pas, avec à ses côtés une candidature historique. Mais la vision de Joe Biden pour l'avenir de l'Amérique, on peine à la définir très clairement.  Le rêve des démocrates, c'est de chercher des électeurs de Trump. C'est un peu de l'ordre du fantasme puisqu'il y a entre 85 et 95% des Républicains qui continuent à accorder leur soutien à Donald Trump", explique Thomas Snégaroff.

Le débat autour du vote par correspondance

Autre conséquence de la pandémie de Covid-19, la majorité des Américains pourraient voter par correspondance, malgré les alertes de la poste américaine. Une perspective que rejette l'actuelle locataire de la Maison blanche. 

Pour Thomas Snégaroff, "le vote par correspondance est un moyen de faciliter le vote dans un contexte de coronavirus. Il y a débat actuellement car Trump a bien compris que plus les Américains pourront voter, plus c'est dangereux pour lui. Il dit que c'est pour lutter contre la fraude, en réalité c'est pour éviter qu'un candidat démocrate accède à la Maison Blanche." 

Le poids des questions identitaires

Quelques mois après la mort de George Floyd et l'émergence du mouvement "Black lives matter", la désignation de Kamala Harris comme numéro 2 du ticket démocrate a été favorablement accueillie par la base électorale démocrate. Mais "en 2016, Hillary Clinton a perdu parce qu'elle avait largement privilégié la dimension culturelle par rapport à la question économique, laissant Donald Trump devenir le champion de la classe ouvrière américaine", tempère Thomas Snégaroff. 

"Le risque avec 'Black lives matter', c'est à nouveau de replonger le parti démocrate dans des questions culturelles et d'abandonner à nouveau à Donald Trump les questions économiques", estime Thomas Snégaroff. 

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du lundi 17 août 2020 :

Vous êtes à nouveau en ligne