Confinement, fermeture des commerces, immigration... le "8h30 franceinfo" de Christian Jacob

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Christian Jacob, président des Républicains, était l'invité du "8h30 franceinfo", jeudi 19 novembre 2020.

Christian Jacob, président des Républicains et député de Seine-et-Marne, était l'invité du "8h30 franceinfo", jeudi 19 novembre 2020. Confinement, fermeture des commerces, immigration... Il répondait aux questions de Salhia Brakhlia et Marc Fauvelle.

Fermeture des petits commerces : "Une faute grave, majeure"

"Le gouvernement a fait une faute grave, majeure sur le petit commerce, c'est n'importe quoi ce qui a été fait", estime Christian Jacob, président du parti Les Républicains. "Il faut sortir de cette mascarade, ajoute-t-il. Comment expliquer aux gens qu'il y a plus de risque de transmission du virus en allant dans un petit commerce ? On autorise à prendre le bus, on autorise à prendre le métro et à aller faire des courses en grande surface". Pour lui, ces mesures sont en train "de mettre toute l'économie à plat, tout simplement parce que le gouvernement s'est complètement planté".

Alors que le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a demandé aux grandes plateformes et à la distribution de décaler les promotions du Black Friday, Christian Jacob réclame, lui, une ouverture des magasins "au plus tôt". Selon lui, "expliquer qu'on va décaler le Black Friday", cela revient à expliquer qu'on "va reporter Noël au 14 juillet". Cette période de promotions est "une opération mondiale avec une grosse opération de communication. Il faut que les commerces soient en situation de le faire. Ça veut dire qu'il faut qu'il rouvre avant", affirme-t-il.

Immigration : "il faut enfin qu'on pose ce sujet à plat"

Faut-il suspendre l'immigration en France ? "Il faut enfin qu'on pose ce sujet à plat", répond Christian Jacob, président du parti Les Républicains, car "depuis trois ans, on est totalement hors contrôle sur l'immigration". Il n'exclut pas l'idée d'un moratoire sur l'immigration : "On bloque tout pendant trois mois, de façon à reprendre la main sur ce sujet", propose-t-il.

Pour le patron de la droite, il faut travailler "tout d'abord sur les expulsions" : selon lui, "85% des OQTF (obligations de quitter le territoire français) ne sont pas exécutées". L'accent doit être mis sur "les gens identifiés comme radicalisés et étant soupçonnés de pouvoir un jour passer à l'acte", ajoute-t-il. "Vous avez plus de 4 000 personnes qui sont fichées au fichier contre la radicalisation", détaille-t-il. "Qu'est-ce qu'ils font encore aujourd'hui sur notre territoire français ? Ce sont des gens étrangers qui sont considérés comme dangereux, qui sont identifiés et ils restent sur notre territoire. On ne les expulse pas. C'est invraisemblable", s'agace le député LR.

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du jeudi 19 novembre 2020 :

Vous êtes à nouveau en ligne