VIDEO. Boycott de Greta Thunberg à l'Assemblée : "les masques tombent sur un arrière-fond de climatoscepticisme" pour Delphine Batho

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres, et présidente du parti Génération Écologie, était l'invitée du "8h30 politique" de franceinfo lundi 22 juillet. L'ancienne ministre de l'Écologie a notamment défendu la venue de Greta Thunberg à l'Assemblée.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres, et présidente du parti Génération Écologie, a défendu lundi 22 juillet sur franceinfo la venue à l'Assemblée nationale de l'égérie écologiste suédoise Greta Thunberg. Invitée du "8h30 politique", l'ancienne ministre de l'Écologie de François Hollande a réagi au boycott lancé par certains députés de droite et d'extrême droite qui ont annoncé qu'ils n'iront pas assister au discours de Greta Thunberg.

Ce boycott est "gravissime" et l'attitude de ces députés "consternante" a d'abord lancé Delphine Batho au micro de franceinfo. "C'est une clarification utile, les masques tombent sur un arrière-fond  de climatoscepticisme", a ajouté Delphine Batho. "Greta thunberg est une jeune fille qui comme des millions de jeunes, d'adolescents, de par le monde, mettent maintenant les adultes, responsables politiques, au pied du mur, avec l'exigence que l'on dise la vérité et que l'on agisse. Donc elle a raison". L'ancienne ministre a ajouté que Greta Thunberg dit "au mot près" ce que disent les scientifiques sur le changement climatique.

CETA : "Il faut dire non à ce traité"

Delphine Batho est également revenue sur une tribune de Nicolas Hulot publiée sur franceinfo, contre la ratification par l'Assemblée nationale prévue mardi 23 juillet du CETA. "Il faut que Nicolas Hulot soit écouté", a lancé la présidente du parti Génération Écologie alors que l'ancien ministre de l'Écologie d'Emmanuel Macron exhorte les députés à ne pas ratifier ce mardi l'accord commercial avec le Canada. "Nicolas Hulot a raison d'insister sur la gravité de l'enjeu", a ajouté Delphine Batho. "Il faut dire non à ce traité commercial qui accélère et aggrave le changement climatique, qui va permettre l'importation en France des viandes bovines produites au Canada avec de la farine animale, qui ne garantit pas le respect des normes françaises en matière de pesticides, qui ne garantit pas la traçabilité du saumon OGM vers notre pays."

Affaire de Rugy : "Les enquêtes internes ne sont pas crédibles"

La députée des Deux-Sèvres a enfin réagi à la démission de François de Rugy. Selon l'Assemblée nationale, les dîners fastueux organisés par son ancien président étaient bien d'ordre "professionnels", mais selon Delphine Batho : "Les enquêtes internes ne sont pas crédibles". "Excusez-moi, mais les enquêtes internes ne voient jamais rien. Elles ne voyaient pas les emplois fictifs de François Fillon, elles ne voient pas les situations de harcèlement sexuel à l'Assemblée. Les enquêtes internes ont leurs limites. On est dans une logique d'entre soi", a dénoncé Delphine Batho, présidente de Génération écologie.

"Il faudrait que ces enquêtes soient menées par un organisme indépendant. La question se pose. Cela pourrait être fait par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Je pense que ce serait un élément de solidité et de crédibilité nécessaire.", a ajouté la députée des Deux-Sèvres. 

Vous êtes à nouveau en ligne