Auchan "a bénéficié de 500 millions d’euros du CICE" et prépare aujourd'hui "un désastre social", dénonce Adrien Quatennens

Adrien Quatennens a réagi au trois CSE extraordinaires du groupe Auchan qui ont lieu mardi.

"Auchan a bénéficié de 500 millions d’euros du CICE [crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi] et aujourd'hui, s'apprête à se séparer d'un millier de collaborateurs, ce qui va être un désastre social", dénonce mardi 14 janvier sur franceinfo Adrien Quatennens, député du Nord et coordinateur de La France Insoumise.

Trois CSE extraordinaires doivent réunir mardi avec des élus et la direction du groupe Auchan. Les salariés craignent la suppression de centaines d'emplois sur fond d'essoufflement du modèle des grands hypermarchés. La branche Auchan Retail a déjà annoncé 517 emplois nets supprimés dans le cadre d'un projet de "réorganisation".

Un CICE "très cher l'emploi créé ou maintenu"

"L’État peut demander des contreparties quand il verse de l’argent public pour ces entreprises. La bonne politique en matière de maintien de l’emploi, ce n’est pas d’arroser ceux qui sont les plus gros détenteurs de capital, c'est d'avoir une trajectoire pour le pays", estime le député de gauche.

Auchan Holding a enregistré une perte nette de 1,145 milliard d'euros pour l'ensemble de l'année 2018. Mais Adrien Quatennens relativise : "D'une famille qui a un patrimoine de 38 milliards d'euros, la famille Mulliez. On peut aussi interroger la répartition des richesses à l'échelle de l'entreprise."

"Une chose est sûre, c'est que la politique du gouvernement en matière d'emploi a deux jambes : d'un côté une précarisation accrue du travail - je pense notamment aux ordonnances travail - et de l'autre, le fait d'injecter sans contrepartie des aides fiscales aux entreprises", juge le coordinateur de La France insoumise. "Compte tenu de ce que coûte le crédit d'impôt compétitivité-emploi. Cela fait très cher pour l'emploi créé ou maintenu : c'est en moyenne 160 000 à 200 000 euros par emploi créé ou maintenu",  a ajouté le député.

Vous êtes à nouveau en ligne