Affaire Fillon, référendum sur le climat, couple exécutif... le "8h30 franceinfo" de Jean-Pierre Raffarin

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L’ancien Premier ministre était l'invité du "8h30 franceinfo", lundi 22 juin 2020.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre, était l'invité du "8h30 franceinfo", lundi 22 juin 2020. Affaire Fillon, référendum sur le climat, couple exécutif... Il répond aux questions de Marc Fauvelle et Renaud Dély. 

Affaire Fillon : "Il faut connaître la vérité"

L'ancienne cheffe du parquet national financier a indiqué avoir mené son enquête sur les époux Fillon sous la "pression" du parquet général, son autorité de tutelle, pendant la présidentielle de 2017. "C'est vrai qu’on a tous trouvé quand même que dans cette affaire la justice n'avait pas sa vitesse habituelle, relève Jean-Pierre Raffarin, et que les choses allaient très, très vite. Alors, qu’en général, le grand défaut de la justice, c'est qu'elle est très, très lente. [...] Qu'est-ce qui s'est passé ? Il faut connaître la vérité", affirme l'ancien Premier ministre. 

 "Assez réservé" sur un référendum pour inscrire le climat dans la Constitution

La Convention citoyenne pour le climat propose de soumettre aux Français par référendum l'introduction de la lutte contre le réchauffement climatique dans la Constitution. "Personnellement je suis assez réservé sur les référendums", déclare Jean-Pierre Raffarin. "Il y a des circonstances où il peut être utile. Il faut sans doute un climat démocratique apaisé, ce qui n'est pas tout à fait le cas aujourd'hui", estime-t-il. 

L'ancien Premier ministre a mis en doute la légitimité de cette Convention citoyenne : "Une assemblée de 150 personnes tirées au sort pour organiser les questions d'actualité, pour qu'un ministre vienne s'exprimer, c'est très bien. Ce tirage au sort est légitime pour l'interpellation, pour la protestation, quelque fois même pour l'émotion, mais pour formuler les propositions, Il faut des process qui sont des process d'ingénierie politique, scientifique et administrative", pense-t-il.

Remaniement : "déboulonner" Édouard Philippe "serait une erreur"

Ce serait "une faute politique" de "déboulonner" Édouard Philippe affirme l'ancien occupant de Matignon car "il faut protéger le président." Jean-Pierre Raffarin s'interroge d'ailleurs "pour savoir s'il y a sur le marché politique aujourd'hui un talent [...] supérieur" à Emmanuel Macron.

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du lundi 22 juin 2020 : 

Vous êtes à nouveau en ligne