5G : débat entre Cédric O et Julien Bayou dans le "8h30 franceinfo"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique, et Julien Bayou, secrétaire national d'EE-LV, étaient les invités du "8h30 franceinfo, mercredi 16 septembre 2020.

Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, et Julien Bayou, secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts, étaient les invités du "8h30 franceinfo", mercredi 16 septembre 2020. Ils ont débattu de l'utilité du développement de la 5G en France et répondu aux questions de Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia.

La 5G : pour quoi faire ?

"La 5G est utile et indispensable, c’est pour ça que dans le monde il y a 21 pays qui ont déjà lancée, que les Etats-Unis et la Chine en font un élément indispensable de leur relance et de leur développement économique. En Europe, déjà 12 pays ont installé la 5G", affirme Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique.

"Vous nous parlez de télémédecine, mais la réalité c'est des brosses à dents et des frigos connectés dont on a peu besoin", réplique Julien Bayou. "Quand vous dites que c'est indispensable, moi je demande si c'est urgent. La priorité, l'effort public, doit aller à couvrir les territoires qui ne sont pas couverts par internet. On parle presque d'une question d'égalité républicaine. Nous dire que c'est pour la ruralité ce n'est pas vrai", continue le secrétaire national d'EELV. 

La 5G : risqué ou pas ?

"Toutes les agences sanitaires du monde entier ont estimé qu'il n'y avait pas plus de problèmes sur la 5G que sur la 4G", assure Cédric O. Le secrétaire d'Etat "assume" la décision de lancer sans attendre le développement de cette nouvelle technologie. "Dans ce contexte où tous les autres pays en font un élément essentiel de la reprise, la reprise c'est maintenant, on sait qu'on a une crise, des problèmes d'emplois, et on ne va pas se passer de ça", explique-t-il.

"Il faut entendre quand il y a les inquiétudes. Quand il y a une enquête de l'Anses qui est prévue en 2021", le gouvernement se met lui-même "dans la nasse et vous passez pour arrogants et complétement déconnectés si vous dites que l'étude arrive en 2021 mais que fin 2020 il faut démarrer. Ce mépris pour les inquiétudes des gens, mine la confiance dans l'action publique", assène Julien Bayou, le secrétaire national d'EELV.

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du mercredi 16 septembre 2020 : 

Vous êtes à nouveau en ligne