Virginie Calmels limogée : "Le numéro deux est là pour épauler le numéro un, pas pour nuire au parti", juge Nadine Morano

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Selon l'eurodéputée LR, invitée de franceinfo lundi, "Laurent Wauquiez a eu raison de faire preuve de fermeté et d'assumer son rôle de chef" lorsqu'il a écarté Virginie Calmels de ses fonctions de vice-présidente du parti.

Nadine Morano, députée européenne Les Républicains (LR), invitée de franceinfo lundi 18 juin, a défendu la décision de Laurent Wauquiez, patron du parti, de mettre fin aux fonctions de vice-présidente des Républicains de Virginie Calmels, après ses critiques. "Il a eu raison de faire preuve de fermeté et d'assumer son rôle de chef de notre famille politique", a réagi Nadine Morano. C'est "une décision qui était très attendue" par "les militants qui sont exaspérés de cette cacophonie interne", a-t-elle ajouté. 

Visant Virginie Calmels, "ce n'est pas acceptable qu'une personne veuille ainsi démonter alors que la ligne politique qu'elle a choisie, qui est incarnée par Laurent Wauquiez, c'est celle que nous défendons et que les militants ont voulu", a-t-elle poursuivi.

"Quand on a une élection démocratique et quand on est démocrate, on respecte le scrutin en interne. Il y a une ligne politique qui a été choisie. Il y a une personnalité qui a été choisie, c'est Laurent Wauquiez. Le numéro deux est là pour épauler le numéro un, il n'est pas là pour nuire au parti", a affirmé l'ancienne ministre.

Aquarius : un "soutien" au ministre italien de l'Intérieur

Appelée à réagir au périple de l'Aquarius en Méditerranée et au conflit franco-italien que l'errance du bateau transportant des migrants a généré, Nadine Morano a estimé qu'"il est normal de se réjouir que ces personnes arrivent dans de bonnes conditions" à Valence (Espagne). La députée européenne LR a précisé qu'elle "soutient le ministre italien sur sa décision" de ne pas accueillir l'Aquarius. "Il faut arrêter ce trafic de passeurs", a jugé l'eurodéputée.

"Près de 15 000 personnes ont perdu la vie en Méditerranée depuis 2014. Le vrai scandale, il est là", a-t-elle martelé. "La réalité, c'est que la plupart qui arrivent ne sont plus des réfugiés de théâtre de guerre, ce sont des réfugiés économiques. Ce sont des Soudanais qui arrivent. La majorité ce sont des jeunes hommes seuls, très peu de femmes, très peu d'enfants, a soutenu Nadine Morano. Quand ils obtiennent le statut de réfugié, ils peuvent toucher le RSA, c'est-à-dire six fois ce qu'il pourrait gagner en Afrique. C'est un appel d'air à l'immigration illégale."

L'eurodéputée LR a appelé à la "responsabilité" de "l'Union africaine" qui représente les États africains. "Ils ne prennent aucune responsabilité, se lavent les mains de ce qui se passe pour leurs ressortissants. C'est inacceptable", a-t-elle dénoncé, avant de critiquer les "ONG qui se comportent de manière quasi illégale et qui récupèrent les bateaux à peine partis de la Libye".  

Regardez l'intégralité de l'entretien de Nadine Morano sur franceinfo le 18 juin 2018.

Vous êtes à nouveau en ligne