Primaire de la droite : Guaino critique des "conditions pires" qu'au PS en 2012

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Invité de franceinfo ce mardi, Henri Guaino a mis en cause l'organisation "verrouillée" des primaires de la droite pour 2017. Et il a salué les déclarations de Jean-Pierre Chevènement sur les musulmans, la "voix de la sagesse".

Henri Guaino, député Les Républicains des Yvelines, a indiqué mardi sur franceinfo qu'il avance dans la course aux parrainages pour la primaire de la droite pour 2017 mais que "c'est difficile". "C'est un système extrêmement verrouillé. Les primaires, c'est un mauvais système, qui prétendait sortir la désignation des candidats des mains des partis. Or, au contraire c'est une reprise en main des partis", a-t-il estimé.

Pour être candidat à la primaire de la droite, il faut être soutenu par 250 élus, dont 20 parlementaires, et 2 500 adhérents. 

Les conditions qui ont été posées sont pires que celles de la primaire socialiste de 2012, et bien pire que les conditions pour être candidat à l'élection présidentielle

Henri Guaino

sur franceinfo

Si Henri Guaino ne réunit pas le nombre de parrainages pour participer à la primaire de la droite, il a annoncé qu'il "sera candidat à l'élection présidentielle." Il lui faudra alors recueillir 500 signatures. "Je ferai mon tour de France, et j'irai les chercher."

"Chevènement est un peu la voix de la sagesse"

Henri Guaino a réagi au "conseil" de Jean-Pierre Chevènement aux musulmans, sur fond de polémique autour du port du voile et du burkini. Pressenti pour prendre la tête de la Fondation pour l'islam de France, ce dernier déclaré a déclaré dans une interview à La Provence que "chacun doit faire un effort et qu'une certaine discrétion est souhaitable". "Une fois de plus, Jean-Pierre Chevènement est un peu la voix de la sagesse", a estimé Henri Guaino. "Nous devons être accueillants à cette nouvelle religion, nous devons respecter toutes les croyances, mais nous ne pouvons pas accepter toutes formes de provocation", a-t-il ajouté.

Selon les circonstances, le port du voile peut être une provocation, a estimé Henri Guaino. "Porter un voile dans une salle de cours, c'est une forme de provocation."

Pour le député et candidat à la primaire de la droite, "on met beaucoup trop l'accent sur la religion et pas assez sur la question de la civilisation et de la société dans laquelle nous voulons vivre. On m'a appris que quand on entrait dans une salle de classe, on se découvrait, on enlevait sa casquette, son voile, son foulard. On met la laïcité à toutes les sauces, qu'on met la religion à toutes les sauces. Ce n'est pas une question de religion."

Vous êtes à nouveau en ligne