Présidentielle. Nadine Morano note le débat : "9 à 1" pour Emmanuel Macron face à Marine Le Pen

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'eurodéputée Les Républicains, invitée de franceinfo jeudi, estime qu'Emmanuel Macron n'a pas rejeté assez fermement l'Union des organisations islamiques de France et attribue, sur ce sujet, un point à Marine Le Pen.

Nadine Morano, eurodéputée Les Républicains (LR), invitée de franceinfo jeudi 4 mai, a attribué un score de "9 à 1" au débat télévisé la veille entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, candidats au second tour de la présidentielle. Nadine Morano a attribué un point à la candidate frontiste, à cause de "la faiblesse" du candidat d'En marche ! sur la question de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF).

"Sur le débat économique et européen, il [Emmanuel Macron] était largement au-dessus du niveau de Marine Le Pen, mais cela n'occulte pas sa faiblesse sur la question de l'immigration, sur la question du terrorisme", a déclaré Nadine Morano. "Il veut éradiquer le terrorisme mais il n'est pas capable de reconnaitre l'islamisme de l'UIOF, alors qu'il devrait rejeter le soutien de l'UOIF pour clarifier les choses", ajouté l'eurodéputée LR. "Je n'entends pas de politique extrêmement ferme sur cette question. Qu'il se renseigne auprès du gouvernement en place, car il n'a pas l'air de disposer des éléments, sur une organisation qui est classée terroriste par les Emirats arabes unis, sur ses liens avec les Frères musulmans", a déclaré Nadine Morano.

Un audit "des lieux de prière musulmans" réclamé

"Je n'entends pas de sa part la fermeture immédiate de toutes les mosquées salafistes alors qu'on sait que la DGSI en a répertorié 250. Il faut une fermeté absolue", a-t-elle réclamé. "J'ai demandé à ce qu'il y ait, dans chaque département, une commission départementale sous l'égide du préfet qui recense les lieux et salles de prière musulmans. Pour l'instant on n'a pas une photographie exacte des lieux de prière et de culte musulman", a affirmé l'eurodéputée. 

Dimanche ? Pas le FN, mais pas encore Macron

La députée européenne LR a estimé que la candidate FN à la présidentielle n'avait pas "la capacité" à porter un projet. A ses yeux, le débat de mercredi soir s'est révélé être "un exercice qui a le mérite de montrer la réalité de ce qu'est le Front national". "Marine Le Pen, en deux minutes, a été dans ce qui compose l'ingrédient du Front national, c'est à dire l'invective et l'incapacité à porter un projet. Et ses imprécisions étaient aussi épaisses que les dossiers qu'elle avait devant elle", a réagi Marine Le Pen. "On a vu vraiment ce qu'est le Front national. Cela aura le mérite d'éclairer certains électeurs", a-t-elle ajouté. 

Nadine Morano a réaffirmé sur franceinfo jeudi qu'elle ne voterait "jamais pour le Front national". Votera-t-elle le 7 mai pour Emmanuel Macron ? La députée européenne LR laisse planer le doute entre un vote blanc et un choix en faveur du candidat d'En Marche !. "J'attends qu'il ait un message clair sur les organisations islamistes. C'est extrêmement important (...) On ne peut pas être aussi laxiste sur cette question", a lancé Nadine Morano. 

Nadine Morano a affirmé que son parti, Les Républicains, allait proposer la semaine prochaine, lors de la présentation de sa plateforme gouvernementale, "la dissolution" de l'UOIF, qui "prône des valeurs antirépublicaines".

Regardez l'intégralité de l'entretien de Nadine Morano sur franceinfo le jeudi 4 mai 2017.


Présidentielle. Nadine Morano note le débat... par franceinfo
RADIO FRANCE / FRANCEINFO

Vous êtes à nouveau en ligne