Présidentielle : Luc Chatel juge que "voter Macron, c'est prendre le risque de faire élire Le Pen"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le porte-parole de François Fillon, invité de franceinfo mercredi, a estimé que le candidat de la droite à la présidentielle, était le mieux placé pour faire barrage au Front national. 

Luc Chatel, député Les Républicains (LR) de la Haute-Marne et porte-parole de François Fillon était l'invité de franceinfo mercredi 5 avril.

Selon Luc Chatel, François Fillon a montré au cours du débat télévisé de mardi, "du calme, de la sérénité, de l'assurance, de la vision". "C'était nécessaire hier. Dans ce chaos, il y avait besoin de repères. François Fillon a été le repère du débat", a-t-il ajouté. Au sujet de la difficulté politique de son candidat, mis en examen, et des électeurs indécis, Luc Chatel a déclaré que "voter Macron, c'est prendre le risque de faire élire Le Pen".

"En France, on l'a vu aux dernières élections, il y a eu un front républicain, mais ce sont des candidats de droite qui avaient gagné aux régionales, face à Le Pen", a déclaré Luc Chatel, ajoutant : "Qui fait barrage en Europe du Nord à l'extrême-droite ? C'est la droite républicaine et le centre". "Je suis convaincu que c'est un argument. François Fillon est un meilleur barrage à l'extrême-droite qu'Emmanuel Macron", a jugé Luc Chatel.

Au second tour, dans l'hypothèse d'un duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, comment réagiraient les électeurs de François Fillon ? "Il pourrait y avoir une colère et je ne cautionne pas", a répondu Luc Chatel, tout en estimant que "le socle de son candidat, qui a tenu", se renforce. "Je vois beaucoup d'électeurs accrochés à François Fillon [...] Ce que l'on voit, depuis une huitaine de jours, c'est un point d'inflexion. Je sens que des électeurs qui s'étaient détournés de nous, il y a un mois, un mois et demi, sont en train de nous rejoindre, par raison", a ajouté le porte-parole de François Fillon. 

Critiques sur le débat à onze candidats

Le président des comités de soutien du candidat de la droite à la présidentielle s'est dit "déçu et perplexe" après le débat télévisé, mardi, entre les 11 candidats. Luc Chatel a regretté que "six candidats sur 11 pesant environ 6% dans les enquêtes d'opinion" aient pris "à peu près 60% du temps de parole".

Le porte-parole de François Fillon a estimé que le rendez-vous télévisé avait pu "donner aux observateurs le sentiment que le débat se résume entre marxistes et europhobes, une caricature un peu décalée par rapport aux enjeux du pays aujourd'hui".  

François Fillon et Marine Le Pen ont été interpellés par Philippe Poutou, candidat du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) sur leurs affaires judiciaires en cours. "Philippe Poutou fait un coup", a réagi Luc Chatel.

"Que ce sujet soit évoqué, c'est normal, en même temps Monsieur Poutou bafoue la présomption d'innocence, il parle de corruption. Je ne pense pas que c'est cela que les Français attendaient hier", a déclaré le porte-parole du candidat de la droite.

Le juge, "c'est l'électeur"

Répondant à une proposition de Benoît Hamon, candidat issu de la primaire à gauche, d'interdire l'exercice d'une profession à un parlementaire, pour éviter les conflits d'intérêts, Luc Chatel a estimé que "le Parlement doit être à l'image de la société". "Pour le cumul des mandats dans le temps, le meilleur juge ce sont les électeurs. Si vous trouvez qu'un député est ringard et bien votez pour un autre. Je ne suis pas convaincu qu’il faille un couperet", a déclaré le député LR. 

L'Europe en accélérateur

L'Europe a été longuement évoquée lors du débat de mardi. "Les Français ont le sentiment que l’Europe est souvent une entrave, alors qu’elle devrait être un accélérateur de ce qu'est la France. La France ne peut rien faire sans l'Europe. Il faut cesser les slogans qui tuent l’idée même européenne", a estimé Luc Chatel.

Regardez l'intégralité de l'entretien de Luc Chatel sur franceinfo le mercredi 5 avril 2017.


Luc Chatel juge que "voter Macron, c'est... par franceinfo
RADIO FRANCE / FRANCEINFO