Possibles blocages de raffineries : "Ce qui est excessif, c'est ce que fait le gouvernement", selon Alexis Corbière

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, invité vendredi de franceinfo, a défendu les modes d'actions contre la réforme du Code du travail. 

Le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, Alexis Corbière, invité vendredi 22 septembre de franceinfo, a défendu les manifestations prévues pour protester contre la réforme du Code du travail. À partir du 25 septembre, les routiers prévoient des blocages, notamment dans des dépôts de carburant. "C'est le droit de grève, le droit de mobilisation. On n'est pas au Japon. On ne va pas se mettre en grève avec un brassard et continuer à travailler. pour signaler qu'on fait grève", a déclaré le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, ajoutant qu'"au vu de l'ampleur de l'offensive, ce n'est pas excessif".

"Ce qui est excessif, c'est ce que fait le gouvernement", a poursuivi Alexis Corbière, regrettant de ne pas avoir pu participer à la rédaction d'un projet signé aujourd'hui par Emmanuel Macron. "Cela s'appelle les institutions de la Ve République, autoritaires, monarchistes. Cela fabrique de l'abstention", a-t-il ajouté. 

Samedi, dire "non aux ordonnances"

 La France insoumise a appelé à une grande manifestation samedi 23 septembre contre la réforme du Code du travail. Alexis Corbière espère la participation de "près de 100 000 personnes". "C'est une manifestation pour le retrait des ordonnances" mais avec d'autres raisons de venir manifester, a-t-il précisé, citant notamment la baisse de 5 euros des APL. "Ce n'est jamais perdu d'avance de faire entendre une voix forte qui, je crois, a un certain écho dans le pays", a-t-il assuré.

Des violences "intolérables"

Interrogé sur l'incendie qui a visé des voitures de gendarmerie, jeudi, à Grenoble, et des véhicules de police pendant la discussion de la loi El Khomri en 2016, Alexis Corbière a estimé que c'était "intolérable" et "absurde"

Le député La France insoumise a souligné "la dignité du policier" qui n'a pas sorti son arme, alors qu'il était attaqué quai de Valmy, à Paris, en 2016. Le procès de ses agresseurs présumés s'est ouvert mardi à Paris.   

Regardez l'intégralité de l'entretien d'Alexis Corbière sur franceinfo le 22 septembre 2017.

RADIO FRANCE / FRANCEINFO