Loi Elan : "Tous les logements neufs seront accessibles à des personnes en situation de handicap", assure Jacques Mézard

Le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, a assuré lundi sur franceinfo que tous les logements qui seront construits en application de la loi Elan seront accessibles à des personnes en situation de handicap.

Le projet de loi sur l'évolution du logement, de l'aménagement et du numérique (Elan) est examinée à l'Assemblée nationale depuis mercredi dernier et jusqu'à mercredi prochain. Un point fait polémique : les députés ont voté vendredi le passage de 100% à 10% des logements neufs accessibles aux personnes à mobilité réduite (PMR).

"On devrait utiliser le mot 'adaptable'"

"Il y a une confusion sur le mot 'accessibilité'. On devrait utiliser le mot 'adaptable'", répond le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, ce lundi sur franceinfo, assurant que "tous les logements qui seront construits en application de cette loi seront accessibles à des personnes en situation de handicap qui viendraient dans l'appartement, au salon, aux toilettes".

"Ce que nous disons et ce que nous proposons, c'est d'avoir 100 % de logement évolutifs, dont 10 % de logements accessibles", précise-t-il, expliquant que les 90% de logements évolutifs pourront subir "des travaux les cloisons", une "transformation des baignoires en douches", afin de "suivre l'évolution" de "l'état de santé de la personne", un nouvel handicap ou même le vieillissement.

"Il est opportun de rétablir les choses"

Aymen Latrousse, un sans-papiers originaire de Tunisie, qui a sauvé une mère et ses deux enfants des flammes en 2015 à Fosses, dans le Val-d'Oise, est menacé d'expulsion. Mais Jacques Mézard, le ministre de la Cohésion des territoires, "espère qu'il ne sera pas expulsé", comme Mamoudou Gassama. L'affaire fait polémique seulement quelques jours après la régularisation de Mamoudou Gassama, originaire du Mali, pour avoir escaladé un immeuble pour sauver un enfant.

"J'espère qu'il ne sera pas expulsé", a déclaré le ministre au sujet d'Aymen Latrousse. "Je pense que le préfet regardera cela. Je vais me renseigner et je vous assure que ce n'est pas dans mon champ de compétences mais, par rapport à ce type de situation, vous savez, je crois que c'est aussi mon vieux réflexe d'avocat, il faut tenir compte de la réalité de la situation. Si ça correspond à la réalité, je pense qu'il est opportun de rétablir les choses."