Collectivités locales : "Il n'y aura pas de baisse des dotations", assure Jacqueline Gourault

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Invitée sur franceinfo ce mardi, Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'Intérieur, a notamment assuré que les dotations aux collectivités territoriales ne feraient pas partie du pacte financier annoncé par Emmanuel Macron.

"Il n'y aura pas de baisse des dotations" pour les collectivités locales, a assuré mardi 18 juillet sur franceinfo Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'Intérieur. Lundi, l'exécutif a annoncé que les collectivités locales allaient devoir réaliser 13 milliards d'euros d'économies d'ici à 2022, soit 3 milliards de plus que prévu dans le programme présidentiel d'Emmanuel Macron. Les dotations ne font pas partie de ce 'pacte financier', a précisé la ministre. 

"Il ne vous a pas échappé qu'il y a eu un rapport de la Cour des comptes et que les chiffres annoncés ont été supérieurs à ce qu'on attendait", a expliqué Jacqueline Gourault. "Il a donc fallu effectivement annoncer un chiffre supérieur à celui qui avait été estimé auparavant." "C'est la réalité", a-t-elle insisté. Le président de la République a toujours eu pendant sa campagne une expression : il faut se confronter au réel. Eh bien, on se confronte au réel."

La démission de François Bayrou jugée "injuste"

Invitée à réagir à la démission de François Bayrou du ministère de la Justice, la ministre a vécu l'évènement comme "une chose très injuste"."La pression médiatique a été telle que François Bayrou a décidé de lui-même de s'en aller pour ne pas gêner l'action du gouvernement", a-t-elle regretté ce mardi sur franceinfo. La justice cherche à savoir si le MoDem de François Bayrou a utilisé des fonds européens pour rémunérer en partie des cadres du mouvement.

"Il est vrai qu'au MoDem, il y avait des assistants parlementaires européens qui travaillaient à temps partiel pour le MoDem, ce qui est parfaitement légal", explique Jacqueline Gourault. "Il y a deux statuts au Parlement européen pour les assistants parlementaires : les assistants qui travaillent au parlement et ceux qui sont en circonscription. Et c'est ce deuxième cas qui était concerné. Il n'y a aucune illégalité dans tout cela."

Ne pas recréer la "Jungle" de Calais

Sur le sujet des migrants, alors qu'a été présenté la semaine dernière, un "plan migrants" par le gouvernement, avec à la clé la création de 5 000 places d'hébergement provisoire pour les réfugiés, la ministre a assuré que le gouvernement avait "pour préoccupation de ne pas recréer la 'Jungle'" à Calais ou à Grande-Synthe."Et je crois, a-t-elle poursuivi, que sur le plan humanitaire on peut le comprendre."  "Il faut à la fois allier l'efficacité pour que la France ne soit pas débordée par des migrants économiques et à la fois répondre aux besoins humanitaires pour les populations." ."Il va falloir trouver des solutions d'urgence et le gouvernement va s'y atteler", a-t-elle promis. 

Vous êtes à nouveau en ligne