Coalition italienne : "J'ai appris par expérience que l'Italie préfigure souvent de ce qui va arriver en France", déclare Gilbert Collard

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le député Front national du Gard a réagi à la formation en Italie d'un gouvernement entre les antisystèmes du Mouvement 5 étoiles et la Ligue, parti d'extrême droite. "Si c'est un échec, c'est dramatique, y compris pour nous", a-t-il déclaré vendredi sur franceinfo.

Gilbert Collard a estimé, vendredi 1er juin sur franceinfo, que la situation politique en Italie, avec la formation d'un gouvernement en Italie, entre le Mouvement 5 étoiles et la Ligue, pouvait donner des idées en France. "J'ai appris par expérience que l'Italie préfigure souvent de ce qui va arriver en France", a assuré le député FN du Gard. "Rappelez-vous de mai 68", a-t-il ajouté.

Gilbert Collard estime qu'"il va y avoir des tensions, des problèmes" au cours de cette coalition. "Ils s'accordent sur un principe central qui est la lutte contre l'immigration sauvage et la suppression des lobbies immigrationnistes. Ils ont des terrains d'entente. Maintenant, quand il va falloir gérer les ego, ça va être très difficile. Si c'est un échec c'est dramatique, y compris pour nous, puisque le système va gagner", a déclaré le député FN. Selon lui, "le système est mortifère, il n'est qu'une affaire de fric".

Retour en politique de Marion Maréchal ?

Interrogé sur le possible retour en politique de Marion Maréchal, Gilbert Collard a relevé les contradictions de l'ancienne élue du Front national. "Qu'est-ce qu'elle veut ? Le moins qu'on puisse dire, c'est que dans l'action actuelle de Marion, le commissaire Montalbano dirait 'il y a des principes contradictoires'", a ironisé le député FN.

Marion Maréchal multiplie les interventions publiques et laisse planer le doute sur son engagement politique. "Je la crois puisqu'elle le dit. Revenir en politique, c'est dire qu'on fait de la politique. On ne peut revenir en politique en disant qu'on ne fait pas de politique. C'est tout à fait antinomique", a expliqué Gilbert Collard. 

Le député FN a par ailleurs regretté sa formule "Marion Marechal, nous voilà !", qui fait directement référence au Maréchal Pétain. "Elle l'a très mal pris, ça l'a peinée. J'ai eu tort de faire ce jeu de mots. C'est absurde. Depuis que je suis en politique, je souffre beaucoup. Je vis une contention verbale", a-t-il ajouté.

Alliance avec Nicolas Dupont-Aignan ?

Marine Le Pen a offert une main tendue à Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France. La présidente du FN propose de faire liste commune aux élections européennes de 2019. "Moi je trouve que c’est bien. Ce qui fait le plus de mal aux idées, ce sont les ego", a considéré Gilbert Collard. Lors de l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan avait fait campagne pour Marine Le Pen. L'accord d'alliance avait été rompu par la suite, lors de la campagne pour les élections législatives.

Regardez l'intégralité de l'entretien de Gilbert Collard sur franceinfo le vendredi 1er juin 2018.