Christian Estrosi juge "rassurant" que Laurent Wauquiez prenne ses distances avec le FN

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le maire de Nice, invité de franceinfo jeudi, a apprécié la mise au point de Laurent Wauquiez, tout en précisant qu'il aurait aimé "l'entendre plus souvent".

Christian Estrosi, maire Les Républicains (LR) de Nice, invité de franceinfo jeudi 23 novembre, a apprécié la mise au point faite par lundi par Laurent Wauquiez sur le Front national. "Tant que je m'occuperai des Républicains, il n'y aura jamais d’alliance avec Marine Le Pen", avait déclaré le candidat à la présidence de LR. "J’aurais aimé entendre plus souvent et en toutes circonstances cette affirmation, mais c’est rassurant de l’entendre aujourd’hui", a réagi Christian Estrosi.

Une "visite", mais "pas de perquisition" à la police municipale niçoise

Deux juges d'instruction se sont rendus, fin octobre, au siège de la police municipale de Nice, dans le cadre de l'enquête sur l'attentat qui a fait 86 morts le 14 juillet 2016, a déclaré le maire de la ville, Christian Estrosi, confirmant une information du Parisien-Aujourd'hui en France. Mais le maire ne confirme pas le terme de "perquisition" employé par le quotidien. "Mon directeur général des services me dit qu'il n'y a eu aucune perquisition, il y a eu une visite de juges", a-t-il précisé, ajoutant qu'il s'agissait d'"une visite technologique".

RADIO FRANCE

Une information judiciaire a été ouverte en avril 2017 sur d'éventuelles failles dans la sécurité le soir de cet attentat, qui avait visé la promenade des Anglais, suite au dépôt de deux plaintes avec constitution de partie civile.

Une fiscalité locale "à revoir"

Christian Estrosi regrette que "le gouvernement actuel continue à regarder les communes comme la variable d’ajustement". Face à cela, il propose "une triple exigence : la proximité, la responsabilité, l’action. C'est-à-dire un mode contractuel qui aujourd'hui nous est consenti par le gouvernement entre les bons et les mauvais élèves". Mais le maire de Nice estime que le gouvernement n'apporte pas, dit-il,  toutes les réponses sur la fiscalité locale. "Nous avons besoin d'avoir notre indépendance et notre marge de manœuvre. Je dis au gouvernement, qu'il faut complètement revoir la fiscalité locale, la remettre à plat", a-t-il ajouté

L'ouverture "au débat" de Manuel Valls apprécié 

Manuel Valls, lors d'un débat organisé par le journal El Pais, ce lundi, a déclaré que "tous les pays souffrent d'une crise d'identité culturelle (...) Des problèmes naissent par exemple dans la société française, le problème de l'islam, des musulmans. Tout cela interroge sur ce que nous sommes". Christian Estrosi, maire LR de Nice, a dit apprécier que "le débat soit ouvert". "Ceux qui font un procès à Manuel Valls lui font un mauvais procès. Il ne cherche qu'à ouvrir un débat", a ajouté le maire de Nice.

"Tant que les musulmans ne se seront pas débarrassés eux-mêmes de l'islam radical, il y aura un problème", a poursuivi Christian Estrosi. "Une immense majorité de nos concitoyens musulmans se reconnaissent dans les valeurs de la République (...) Ils sont un peu timides et timorés pour accompagner la République à veiller à ce que l'islam radical permette de sortir de l'islam tout simplement."

Regardez l'intégralité de l'entretien de Christian Estrosi sur franceinfo le 23 novembre 2017.

RADIO FRANCE

Vous êtes à nouveau en ligne