Retraites : le MoDem favorable à "des transitions longues qui permettent d'arriver à un système équitable et pas brutal"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Isabelle Florennes, porte-parole du groupe MoDem à l’Assemblée nationale, députée des Hauts de Seine est l'invitée de franceinfo le 6 décembre 2019.

"On avait un calendrier, le gouvernement le précise aujourd'hui, c'est une très bonne chose", a apprécié Isabelle Florennes, députée Modem des Hauts-de-Seine et porte-parole du groupe MoDem à l'Assemblée nationale vendredi 6 décembre sur franceinfo, après la prise de parole du Premier ministre au sujet de la réforme des retraites. "Nous avec le MoDem on est pour une réforme gagnante pour tous (…) Il faut préciser les choses, et notamment, comme l'a dit le Premier ministre, préciser les périodes de transitions, la date de rentrée pour les uns et les autres."

Trouver la "bonne transition"

"Il faut trouver la bonne transition. Est-ce-que ce sera les générations ultérieures ? Sûrement, Jean-Michel Blanquer en a parlé ce matin. Je trouve heureux qu'on ait des transitions longues qui permettent d'arriver à un système équitable et pas brutal, on l'a toujours demandé, c'est 3% des salariés", a ajouté la députée Modem des Hauts-de-Seine.

"Les mots du Premier ministre sont assez forts sur l'inégalité à mettre en place un système de façon trop brusque, pour notamment les salariés des transports publics, la RATP et la SNCF", juge Isabelle Florennes. D'après elle, "le Premier ministre est conscient des discussions en cours avec un certain nombre de syndicats, notamment avec la CFDT transports, l'Unsa à la RATP".

Concernant la revalorisation promise par le ministre de l'Éducation des salaires des enseignants, la députée Modem y est favorable. "Il y a beaucoup d'inquiétude actuellement chez les enseignants, ils étaient très mobilisés hier (... ) Les négociations progressent avec les enseignants. De toute façon, au-delà même du régime des retraites, pour continuer à attirer, notamment sur la région parisienne où on le sait, les conditions de vie sont plus coûteuses qu'ailleurs, il faut des salaires décents pour attirer, parce que derrière on a l'enjeu de l'éducation."

Vous êtes à nouveau en ligne