Retraites : Clémentine Autain affirme qu'Emmanuel Macron a "la responsabilité du blocage" et appelle à mener "le bras de fer" sans "trêve"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"Il y a une seule solution, c'est qu'il retire son projet", a rétorqué mercredi sur franceinfo Clémentine Autain, députée La France insoumise, alors que la grève se poursuit dans les transports.

Clémentine Autain, députée de La France Insoumise de Seine-Saint-Denis, a affirmé mercredi 18 décembre sur franceinfo qu'Emmanuel Macron avait "la responsabilité du blocage" du pays alors que continue la grève dans les transports contre le projet de réforme des retraites.

>> Prévisions, trafic, réactions... Retrouvez les dernières informations sur la réforme des retraites et la grève dans notre direct

"Qu'est-ce que vous croyez, que les grévistes s'amusent à perdre à chaque fois un jour de salaire ? Est-ce que vous croyez que les grévistes n'ont pas eux aussi des familles, des proches et l'envie de passer Noël en famille ?", a-t-elle déclaré.

La députée a clairement affirmé qu'elle n'était "pas pour une trêve", mais "pour mener ce bras de fer". Selon elle, le président a "la responsabilité du blocage". "C'est le gouvernement qui a aujourd'hui la responsabilité du déblocage et de faire en sorte que Noël puisse se passer dans la sérénité. Et pour ça, il y a une seule solution, c'est qu'il retire son projet", affirme-t-elle.

La députée salue une "colère populaire"

Clémentine Autain qualifie la mobilisation de "colère populaire". Une colère qui "grimpe et qui finit aussi par coaguler d'autres colères parce que se greffent maintenant sur les retraites beaucoup de sujets. Et je dirais même une espèce de contestation plus profonde de trente ans de politique, d'austérité budgétaire, de néolibéralisme", selon elle.

Elle a salué "un peuple qui relève la tête, qui en a absolument marre, qu'on lui explique qu'on ne peut pas faire autrement et qu'il doit sans cesse faire davantage d'efforts. Et là, en l'occurrence, travailler plus longtemps et avoir des retraites plus basses", a-t-elle dit.

Vous êtes à nouveau en ligne