Réforme des retraites : le texte sera "prêt avant l'été", selon Laurent Pietraszewski

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Deux motions de censures contre le gouvernement sont débattues à l'Assemblée nationale dans le cadre de la procédure prévue par l'article 49 alinéa 3 de la Constitution.

"Nous avons mis en œuvre ce calendrier pour être prêt avant l'été", a assuré le secrétaire d’État chargé des retraites Laurent Pietraszewski, mardi 3 mars sur franceinfo. Les députés débattent des deux motions de censure déposées par l'opposition après le recours de l'article 49 alinéa 3 de la Constitution par le Premier ministre pour faire passer le texte de la réforme des retraites.

"Il y a d'autres textes", justifie Laurent Pietraszewski. "Les Français nous attendent sur la bioéthique, un texte très important qui consacre un certain nombre d'avancées sociétales. Nous avons le texte grand âge et autonomie". Le secrétaire d’État chargé des retraites tient à souligner que "le texte sur la transformation des retraites est un texte très important. Il continue sa vie".

Gérard Larcher, le président du Sénat voulait décaler l'examen début mai pour attendre la conclusion de la conférence de financement. Mais pour Laurent Pietraszewski, "le calendrier est clair". Le gouvernement a voulu "articuler démocratie sociale et démocratie politique", explique le secrétaire d'Etat. "C'est nouveau dans notre République." Laurent Pietraszewski souhaite que "chacun des acteurs de ces démocraties acceptent de laisser de la place à l'autre".

Nous, nous avons voulu débattre

Laurent Pietraszewski

à franceinfo


Il rappelle que le texte partira au Sénat avant de revenir devant les députés. C'est "le temps de la démocratie politique". La vie du texte "n'est pas terminée aujourd'hui", insiste le secrétaire d'Etat. "Elle va continuer. Le texte a été enrichi de près de 300 amendements". Il souligne la place de "la démocratie sociale qui travaille sur la conférence de financement". Il souhaite que les politiques acceptent "de lui laisser de l'espace, de laisser à cette conférence le temps de définir les modalités du retour à l'équilibre pour 2027. Il faut articuler ces deux démocraties".

Sur le recours à l'article 49.3, qui engage la responsabilité du gouvernement, Laurent Pietraszewski renvoie aux débats qui se sont déroulés à l'Assemblée nationale. "Est-ce que le débat qui a eu lieu pendant 36 séances dans l'hémicycle, 26 séances en commission, plus de 115 heures de débat dans l'hémicycle, est-ce que ces 115 heures ont été des débats utiles", s'interroge le secrétaire d'Etat. "Faire face à des dizaines de milliers de d'amendements 'point-virgule', où c'est le concours du dictionnaire de synonymes, est-ce qu'on est bien dans ce qu'attendent les Français ?" Selon lui, "c'est à la trentaine de députés, aux deux groupes de La France insoumise et du Parti communiste, qu'il faut poser cette question" de la raison pour laquelle le 49.3 a été utilisé. "Nous, nous avons voulu débattre", assure Laurent Pietraszewski.

Vous êtes à nouveau en ligne