Municipales à Paris : "Il faut que nous discutions avec les équipes d'Anne Hidalgo pour voir si nous arrivons à un projet commun", déclare David Belliard

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Pour le candidat tête de liste EELV aux municipales à Paris, "il faut faire de grandes coalitions pour porter des grands projets de transformation sur la dédensification de la ville."

Un accord avant le second tour des municipales à Paris pourrait être décidé entre Anne Hidalgo la maire sortante, en tête au premier tour, et la liste EELV. "Il faut que nous discutions avec les équipes d'Anne Hidalgo pour voir si nous arrivons à un projet commun", a déclaré mardi 26 mai sur franceinfo David Belliard, tête de liste Europe Écologie Les Verts. D'abord, sur le projet, "le plus important", assure-t-il mais aussi "sur des formes de gouvernance plus équilibrées. 50 000 Parisiennes et Parisiens ont voté pour des listes écologistes, il faut qu'ils soient représentés."

franceinfo : Que pensez-vous du plan de relance du secteur automobile présenté par Emmanuel Macron ?

David Belliard : Ce que je pense, c'est que les conditions qui sont données à l'industrie automobile, qui a besoin d'un soutien mais pour changer véritablement de modèle, ce plan de soutien, de 8 milliards d'euros tout de même, présente des conditions extrêmement faibles, notamment pour aller vers des véhicules réellement propres puisque le choix qui a été fait là, c'est le tout électrique. Or, les véhicules électriques seuls ne sont pas propres. Il faut que cette industrie, qui est une industrie importante, change et que l'on aille vers des mobilités propres, en investissant dans des technologies plus propres comme l'hydrogène.

Là, on est véritablement dans un plan de relance assez classique et les conditions qui sont données me paraissent extrêmement faibles.

David Belliard

à franceinfo

D'ailleurs, les groupes industriels ne s'y sont pas trompés parce que PSA applaudit des deux mains. Encore une fois, je pense qu'il faut soutenir, notamment les salariés de ces industries, mais il faut aujourd'hui arrêter la politique des petits pas. Il faut transformer véritablement le modèle, on ne peut pas refaire des voitures comme avant au regard de la catastrophe climatique.

Vous réclamez une limitation des véhicules dans Paris, comment ? Voitures propres, véhicules partagés ?

Dans une ville dense comme Paris, il faut évidemment partager les véhicules mais plus largement, il faut aller vers des villes libérées de la voiture. Avec le déconfinement, un des moyens de locomotion le plus utilisé et le plus sûr, c'est le vélo. Il faut faire des métropoles, et notamment Paris, 100% cyclables. Voilà un des vrais enjeux pour changer véritablement de braquet.

Vous réclamez également la réouverture des parcs et jardins à Paris ?

Oui, on a déposé avec certains élus écologistes un référé-liberté au Conseil d'Etat car cette mesure n'a aucun intérêt sur le plan sanitaire, bien au contraire. Moi je vois quand je me promène à Paris des gens s'agglutiner autour de ces parcs alors qu'ils pourraient s'y balader. Il faut le faire car c'est un sujet de santé publique.

Vous allez passer un accord avant le deuxième tour avec Anne Hidalgo, vous allez vous retrouver ?

Moi j'ai toujours dit que, vu l'ampleur de la crise climatique, il faut faire de grandes coalitions pour porter des grands projets de transformation sur la dédensification de la ville, sur la libération de Paris de la voiture, sur une transformation de la manière dont on construit la ville.

Je pense qu'il faut que nous discutions, notamment avec les équipes d'Anne Hidalgo, pour voir si nous arrivons à trouver un projet commun qui soit un véritable projet de transformation.

David Belliard

à franceinfo

Ensuite, on verra. Je crois que la responsabilité est historique et elle est aujourd'hui entre les mains d'Anne Hidalgo qui est arrivée en tête. Cette négociation va d'abord se jouer sur le projet, c'est le point essentiel, savoir vers quelle ville on veut aller, avec la question de l'automobile, la pollution, les espaces verts, des sujets majeurs. Et ensuite, il faut inventer de nouvelles formes de gouvernance plus équilibrées. 50 000 Parisiennes et Parisiens ont voté pour les listes écologistes, il faut qu'ils soient représentés.

Vous êtes à nouveau en ligne