Manifestations des agriculteurs contre la baisse de leurs revenus : "Je pense que c'est indispensable que nous soyons plus fermes avec la grande distribution"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Jérémy Decerle, ancien président des Jeunes agriculteurs, et député européen LREM, était l'invité de franceinfo le lundi 21 octobre.

"Je pense que c'est indispensable que nous soyons plus fermes avec la grande distribution", a expliqué lundi 21 octobre sur franceinfo, Jérémy Decerle, ancien président des Jeunes agriculteurs, et député européen LREM, alors que les agriculteurs vont manifester mardi devant les préfectures dans de nombreuses régions de France, à l'appel de la FNSEA et du syndicat des Jeunes agriculteurs (JA). Ils dénoncent la stigmatisation dont ils sont victimes et la baisse de leurs revenus.

"Nous avons promis aux agriculteurs des lendemains meilleurs"

"Le compte n'y est pas" quant à la rémunération des agriculteurs, avait indiqué le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume lors d'un bilan de la loi Alimentation, promulguée il y a un an. Cette loi devait rééquilibrer les relations commerciales entre producteurs et consommateurs. "Il n'est plus possible que les agriculteurs soient rémunérés à un prix inférieur à ce que ça leur revient", a déploré le ministre lors d'une conférence de presse à l'issue du Conseil des ministres. "Derrière la loi Alimentation, il y a un paquet d'acteurs qui ont tout fait pour que ça ne fonctionne pas, je veux parler d'un certain nombre d'acteurs de la grande distribution, certains acteurs parmi les industriels de l'agro-alimentaire n'ont pas toujours joué le jeu pour que ça fonctionne", dénonce également Jérémy Decerle.

"Je crois que nous avons promis aux agriculteurs des lendemains meilleurs, or il se trouve qu'après les états généraux de l'Alimentation, il n'y a toujours pas d'efficacité ressentie, il n'y a toujours pas dans les cours de ferme de l'argent supplémentaire, et ça manque cruellement aux agriculteurs", a-t-il dénoncé.

"L'Europe doit donner un sens, une direction à son agriculture"

"À côté de ça il y a un mouvement dans la société qui se met à dénigrer en permanence le métier d'agriculteur et ça pèse. Je pense que le gouvernement", mais "nous aussi, élus européens, nous devons ensemble trouver des solutions rapides, structurels pour l'ensemble des agriculteurs". "Je crois que l'Europe a largement sa part de responsabilités dans cette problématique, elle doit donner un sens, une direction à son agriculture, on ne peut pas continuer à se donner des objectifs très ambitieux, sur l'écologie, l'environnement, sur je ne sais quel autre accord international et ne pas prendre en compte les difficultés que traverse le secteur agricole au niveau européen. Il est temps que l'Europe se réveille sur ce sujet-là et donne une direction à son agriculture", a martelé le député européen.

Vous êtes à nouveau en ligne