"Les propositions du Rassemblement national sont des propositions démagogiques" estime Jean-Marc Pujol

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le maire sortant de Perpignan et candidat LR à sa succession réagit sur franceinfo alors que la liste conduite par Louis Aliot soutenue par le RN est créditée de 30% des suffrages exprimés, selon un sondage.

Jean-Marc Pujol, maire sortant de Perpignan et candidat LR à sa succession, ne pense pas que Louis Aliot "fera un bon maire, parce que pour le moment, il n'a rien prouvé en matière de gestion [...] on ne peut pas gérer une ville en faisant des propositions qui sont totalement démagogiques".

Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria pour franceinfo, France Bleu et L'Indépendant, Jean-Marc Pujol, n'obtiendrait que 19% des voix au premier tour des municipales en mars. Alors que la liste conduite par Louis Aliot soutenue par le RN est créditée de 30% des suffrages exprimés selon ce même sondage.

Intentions de vote au 1er tour des élections municipales de Perpignan
Intentions de vote au 1er tour des élections municipales de Perpignan (IPSOS POUR FRANCEINFO / STÉPHANIE BERLU)

"Pour le moment, tous les sondages qui sont faits me donnent en deuxième position, je pense que je suis le seul qui peut rallier, explique Jean-Marc Pujol, "c'est sur cet axe que je me battrai, comme je me suis battu en 2014. En 2014 tout le monde considérait que la ville allait basculer".

Jean-Marc Pujol affirme qu'il n'y aura pas d'union des droites à Perpignan, "parce que je considère que le Front national [devenu Rassemblement national] est un parti populiste. A partir de cet état de fait il y a des propositions qui ne sont pas économiquement possibles".

Jean-Marc Pujol a annoncé que l'ancien président Nicolas Sarkozy, viendrait lui rendre visite au cours de cette campagne pour les élections municipales, "non pas pour me soutenir. Comme c'est un ami", il "vient donner un signe d'amitié, car c'est un moment où les signes d'amitié sont importants".

Vous êtes à nouveau en ligne