"Il faut y aller clairement sur la vaccination obligatoire des personnels soignants", estime Jean Rottner, président de la région Grand Est

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Selon l'élu et médecin urgentiste, la vaccination obligatoire de toute la population française n'est pas nécessaire.

Alors que le gouvernement réfléchit à imposer la vaccination contre le Covid-19 aux soignants, Jean Rottner, président Les Républicains de la région Grand Est, réélu vendredi 2 juillet (95 voix sur 169) et médecin urgentiste approuve sur franceinfo cette initiative et estime qu'il "faut y aller clairement sur la vaccination obligatoire."

"Je pense que la menace est suffisamment inquiétante aujourd'hui pour que le ministre de la Santé comme le Premier ministre invitent à beaucoup de prudence et à la prise de conscience par tous les Français d'une quatrième poussée de l'épidémie", juge-t-il.

Il faut y aller clairement sur la vaccination obligatoire des personnels soignants. Aujourd'hui, quand on rentre à l'hôpital ou dans un établissement de soins si on veut y travailler, on doit obligatoirement être vacciné et faire état d'un statut vaccinal avec par exemple l'hépatite.

JeanRottner, président de la région Grand Est et médecin urgentiste

franceinfo

"Nous souhaitons toutes et tous vivre le mieux possible et on peut souhaiter qu'il y ait une prise de conscience collective, poursuit l'urgentiste, Mais j'en doute pour une partie de la population et je le regrette. La vaccination obligatoire pour tous me semble être excessive à ce jour mais en tant que médecin, je milite pour que la vaccination en établissement de soins soit quelque chose d'obligatoire pour le personnel qui y travaille."

Selon lui, il y a un changement de ton actuellement de la part du gouvernement avec la crainte d'une nouvelle vague de contaminations. "Il y a aujourd'hui par rapport aux variants une forme d'expression, d'appel à la vigilance qui indique qu'il y a une forme d'avertissement public de la part du gouvernement et il faut en tenir compte. Notre pays ne pourrait pas se permettre une nouvelle fermeture. Il faut que nous soyons très vigilants."

Des "signaux faibles" d'une quatrième vague

Jean Rottner en tant que médecin dit remarquer actuellement "des signaux faibles" d'un début de quatrième vague. "Ne perdons pas, y compris sur les plages, y compris sur les lieux de vacances, les gestes indispensables pour nous préserver d'un futur qui serait extrêmement difficile à vivre pour tout le monde." Il dit enfin être très vigilant dans ses déplacements en Europe, "c'est vrai qu'aujourd'hui je n'irais pas au Portugal pour ne pas faire courir des risques à mon retour à mon entourage. Il y a des régions en Europe qu'il faut savoir éviter."

Vous êtes à nouveau en ligne