Harcèlement : "Dire que le harcèlement scolaire est un délit serait intéressant", estime Erwan Balanant, député MoDem

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le député centriste du Finistère est l'auteur d’un rapport sur la lutte contre le harcèlement scolaire.

"Dire que le harcèlement scolaire est un délit serait intéressant", a déclaré Erwan Balanant, député MoDem, mardi 9 mars sur franceinfo, alors qu'une adolescente de 14 ans a été battue et jetée dans la Seine, où elle a été retrouvée morte lundi soir, après un différend avec deux autres élèves d'un lycée d'Argenteuil (Val-d'Oise) où, selon plusieurs sources, elle était victime de harcèlement.

L'élu du Finistère est l'auteur d’un rapport sur la lutte contre le harcèlement scolaire. "Évidemment, on ne va pas punir les enfants de la même façon que les adultes", explique-t- il. Ce déchaînement de violence "est inquiétant" pour le député centriste : "C'est une violence que l'on voit s'exacerber sur les réseaux sociaux mais aussi dans la réalité. On a des signes qui montrent qu'on a une violence grandissante chez les enfants."

"Les réseaux sociaux ont leur part de responsabilité à prendre"

Erwan Balanant estime qu'il y a "un grand travail à faire sur les réseaux sociaux et tout le numérique. Il y a une prise de conscience générale à avoir. On a des vrais sujets sur le cyber harcèlement, sur le harcèlement sexuel sur les réseaux, de violences sexuels, de la sextorsion." Pour lutter efficacement contre les situations de harcèlement scolaire, il faut s'y prendre très tôt, explique le député : "Plus on s'y prend en amont et plus on arrive à les dissoudre et à les rendre anodines. Plus on attend et plus cela devient catastrophique et cela devient des drames qui peuvent être d'une violence inouïe comme un meurtre ou des suicides."

Erwan Balanant salue le travail mené par l'Education nationale "depuis dix ans sur le harcèlement scolaire traditionnel". Mais cela ne suffit pas car "on a maintenant à faire un travail sur le harcèlement en ligne et les réseaux sociaux ont leur part de responsabilité à prendre. Les parents aussi ont leur rôle, mais c'est difficile parce qu'on ne connaît pas forcément les pratiques de nos enfants. Sur les réseaux sociaux, il n'y a pas de répit, vous êtes toujours soumis à la tension d'être stigmatisé ou harcelé."

Vous êtes à nouveau en ligne