Expérimentation du cannabis thérapeutique : "Je crois que c'est une bonne décision", se réjouit la sénatrice écologiste Esther Benbassa

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Esther Benbassa, sénatrice EELV de Paris, membre de la Commission des Lois, est l'invitée de franceinfo le 25 octobre 2019.

"Je crois que c'est une bonne décision. J'avais fait un débat en mai pour inviter le gouvernement à prendre une décision", a réagi vendredi 25 octobre sur franceinfo Esther Benbassa, sénatrice Europe Écologie-Les Verts de Paris, après le vote à l'unanimité de l'Assemblée nationale en faveur de l'expérimentation du cannabis à usage thérapeutique. "Je crois qu'il était temps qu'on soit raisonnable et qu'on ne confonde pas cannabis thérapeutique et cannabis festif, récréatif", a-t-elle ajouté.

Le cannabis thérapeutique toucherait 300 000 à 1 million de personnes

"Cette expérimentation va toucher 3 000 malades" et "on utilise le cannabis thérapeutique déjà dans les douleurs neurologiques, contre les effets secondaires de la chimiothérapie, dans les soins palliatifs concernant le cancer, ce n'est pas de l'hypocrisie, c'est une sorte de conservatisme qui touche tout ce qui concerne le cannabis, il faut quand même sortir de ce tabou", a lancé Esther Benbassa.

La sénatrice de Paris s'étonne qu'il n'y ait pas d'étude réalisée sur le cannabis thérapeutique. Pour elle, "il est temps qu'on arrête de mettre des paliers, il y a entre 300 000 à 1 million de personnes qui seraient concernées par l'utilisation du cannabis thérapeutique en France", et elle regrette qu'on "ait rendu difficile la prescription, il faut aller dans un centre hospitalier qui s'occupe de neurologie ou un centre anti-douleur".

Former des médecins généralistes

"Quelqu'un qui habite dans un village lointain, comment cette personne, si elle est âgée et n'a pas de voiture, va se rendre jusqu'à ce centre ? On aurait pu faire comme dans différents autres pays européens", c'est-à-dire avoir "un médecin généraliste formé après avoir suivi une formation par internet".

Esther Benbassa pense qu'on doit aller plus loin car elle se dit "favorable à la dépénalisation du cannabis récréatif. J'ai fait le premier texte sur le sujet, la légalisation contrôlée du cannabis allant de la production jusqu'à la diffusion, vu le nombre de personnes qui consomment le cannabis récréatif dans notre pays malgré la répression. Il est temps de se servir des modèles américains, dans le Colorado, le Wisconsin, et d'essayer d'arriver à un consensus".

Cela ne veut pas dire qu'on va vendre de la drogue partout, il y a des fantasmes.

Esther Benbassa, sénatrice Europe Ecologie-Les Verts de Paris

à franceinfo

"Il faut arrêter les fantasmes et essayer de faire de la santé publique. Le cannabis récréatif relève aussi de la santé publique", affirme Esther Benbassa.

Vous êtes à nouveau en ligne